Accueil du site > Les Blogs > Le Blog de Claire Pecheux > DES FAMILLES SANS CHEZ-SOI

Actu:Manifestations à Hong Kong : les jeunes militants donnent le ton ... Ouzbékistan : Action devant l’ambassade pour faire libérer une prisonnière d’opinion victime de torture ... Pétition et mobilisation contre la condamnation de Cobra Parsajoo, épouse d’Hamid Babaei ... Corée du Sud. Il faut mettre fin aux abus subis par les ouvriers agricoles migrants ... Accord gouvernemental : Promesses intéressantes et inquiétudes réelles ... Irak. Des crimes de guerre commis par des milices chiites ... Et maintenant, quelle direction Amnesty doit-elle prendre ? ... Donnez votre regard ! ...

DES FAMILLES SANS CHEZ-SOI

lundi 7 mai 2012

7 mai 2012

« Des familles sans chez-soi : quel accompagnement des enfants et des parents en maisons d’accueil ? », c’est le titre d’une recherche-action publiée par l’A.M.A, l’Association des maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abri. Pour rappel, ces maisons hébergent et accompagnent des familles en difficulté pour les aider à retrouver leur autonomie. Elles organisent également des activités ludiques et éducatives pour les enfants, voire un soutien psychologique, si nécessaire. Durant plus d’un an, Claire Street et Deborah Oddie se sont penchées sur le fonctionnement de 54 maisons d’accueil de Bruxelles et de Wallonie, elles ont interrogé des professionnels, mais aussi des parents (11 femmes et 1 homme) et des enfants.


QUELQUES CHIFFRES

2.850 enfants sont hébergés chaque année dans les maisons d’accueil , 60% ont moins de six ans et 90% accompagnent leur mère seule. Ces chiffres montrent à quel point le « sans-abrisme » se féminise en Belgique comme partout en Europe, d’ailleurs. Le nombre de places disponibles reflète cette tendance : 24% des places d’hébergement sont destinées aux hommes seuls, 35%, à un public mixte (hommes, femmes et enfants) et 41%, aux femmes et aux enfants. Un nombre qui reste toutefois insuffisant. Plusieurs demandes d’hébergement doivent être refusées, faute de place, et beaucoup de femmes dorment en rue.


DEUX EXEMPLES DE QUESTIONS ABORDEES DANS LA RECHERCHE

Le soutien à la parentalité

Lors d’un séjour en maison d’accueil, c’est la mère qui exerce, le plus souvent seule, l’autorité parentale. Les prérogatives éducatives sont donc de son ressort, mais elle est souvent fragilisée et un soutien à la parentalité est souvent nécessaire. La situation n’est pas toujours facile à gérer, certaines mères se sentent en effet infantilisées. « Des fois, on a l’impression qu’on est des mères de seize ans... Je suis maman depuis vingt ans, et on m’apprend à être maman... Quand tu as envie de hausser le ton, tu ne peux pas, sinon tu seras jugée comme une mère hystérique ou dépressive... On ne peut pas parler à l’enfant comme on veut, on n’ose pas le punir... On me fait des remarques devant mon enfant, c’est rabaissant... C’est comme s’il y avait une autorité au-dessus de moi, je perds mon autorité en fait... » Voilà quelques unes des remarques recueillies par les chercheuses. La plupart des professionnels ne sont pas surpris. « Les parents doivent se sentir sous la loupe, même des remarques qu’on pense « soutenantes » peuvent être mal perçues... Eduquer ses enfants dans un lieu collectif est extrêmement dur, il y a le regard de l’autre... Moi, je ne voudrais pas être à leur place... » Certains insistent sur le fait que toutes les familles, toutes les mères, n’ont pas besoin d’un soutien particulier et qu’il faut éviter de penser que tout parent précarisé a un comportement inadéquat avec ses enfants.

La durée du séjour en maison d’accueil

Le séjour en maison d’accueil peut constituer une étape importante, mais s’il est trop long, il risque d’avoir des effets contre-productifs. Et c’est là que le bât blesse aujourd’hui. Difficile en effet de trouver, dans le secteur privé, un logement au loyer abordable et les logements sociaux sont beaucoup trop peu nombreux. L’A.M.A lance donc un appel . « Le droit au logement est un droit fondamental, rappelle Deborah Oddie, l’accès à une habitation décente et adaptée s’impose comme une priorité, cela implique donc la mise en œuvre de politiques volontaristes et ambitieuses. » L’A.M.A réclame aussi aux pouvoirs de tutelle un soutien accru au secteur et une meilleure reconnaissance des initiatives prises pour faciliter la transition entre le séjour en maison d’accueil et le retour à une vie normale.


Vous pouvez charger la recherche- action sur le site www.ama.be


Permalink

| Leave a comment »

Voir en ligne : http://le-blog-de-claire-pecheux.po...

Répondre à cet article

Pays par pays

Focus

Par theme

App Amnesty

A suivre

A l'agenda

DES FAMILLES SANS CHEZ-SOI

« octobre 2014 »
L M M J V S D
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
 

Inscrivez-vous à notre newsletter