Accueil du site > Les Blogs > Le Blog de Claire Pecheux > DES MILLIONS D’ENFANTS PAUVRES DANS DES PAYS RICHES

Actu:Le bilan en Méditerranée s’alourdit tandis que l’Europe regarde ailleurs ... Salvador. Des femmes et des jeunes filles meurent ou sont condamnées à cause de l’interdiction totale de l’avortement ... Le monde doit faire de la protection des civils syriens sa priorité, déclare une coalition d’organisations de droits humains ... Le commerce chinois de la torture exposé au grand jour ... Nigeria. La torture dénoncée dans un nouveau rapport ... Les naufrages de bateaux de migrants en Méditerranée doivent pousser l’UE à agir ... Et maintenant, quelle direction Amnesty doit-elle prendre ? ... Donnez votre regard ! ...

DES MILLIONS D’ENFANTS PAUVRES DANS DES PAYS RICHES

jeudi 31 mai 2012

30 millions d’enfants vivent dans la pauvreté dans 35 pays développés. Au niveau européen (l’Union européenne plus la Norvège et l’Islande), 13 millions d’enfants n’ont pas accès aux éléments de base nécessaires à leur développement. Ces chiffres et bien d’autres figurent dans un nouveau rapport de l’Unicef. Un rapport qui aborde la pauvreté des enfants sous deux angles différents : l’indice de privation et la pauvreté relative.

L’indice de privation révèle le pourcentage d’enfants considérés comme démunis, parce qu’ils n’ont pas accès à au moins deux des quatorze critères de base retenus par l’Unicef : avoir trois repas par jour, manger des fruits et des légumes frais tous les jours, avoir des activités de loisir régulières, pouvoir inviter des amis à la maison, etc.... En tête de classement, l’Islande : 0,9% d’enfants démunis. Au milieu, la Belgique : 9,1%, juste devant la France : 10,1%. En queue de peloton, la Roumanie qui compte 72,6% d’enfants démunis. Seuls des pays européens sont repris dans ce classement.

En revanche, le tableau qui porte sur la pauvreté relative concerne 35 pays riches. Il révèle le pourcentage d’enfants qui vivent dans des familles où le revenu est inférieur à 50% de la médiane nationale. Il est de 4,7% en Islande, de 10,2% en Belgique et de 23,1% aux Etats-Unis qui se situent en bas du classement, juste devant la Roumanie (25,6%). Le taux de pauvreté relative n’est donc pas lié à la richesse d’un pays, comme le constate Chris de Neubourg, co-auteur du rapport. « Si on compare des pays similaires au niveau économique, le Canada et les Etats-Unis, par exemple, on voit qu’il y a de grands écarts. Au Canada, le taux de pauvreté est de 13,3%, soit 10% de moins qu’aux Etats-Unis. »

Le rapport se fonde sur des données recueillies en grande partie avant la crise actuelle. Or, les mesures d’austérité et de réduction des dépenses sociales sont aujourd’hui au cœur des débats. « Il faut suivre régulièrement les taux de pauvreté des enfants, on ne le fait pas assez aujourd’hui, dit encore Chris de Neubourg. Il faut essayer de repenser les politiques d’austérité et les politiques économiques et sociales en tenant compte de leur impact sur les enfants. » 

Le délégué général aux droits de l’enfant, Bernard De Vos, ne dit pas autre chose. Il déclarait récemment à la Libre Belgique que « les décideurs limitent l’aide sociale et appellent à la relance de la consommation, alors que de nouvelles formes de pauvreté prospèrent. » J’avais pour ma part rencontré Bernard De Vos en mars dernier et il m’avait alors rappelé qu’il s’était attaqué à la lutte contre la pauvreté des enfants dès le début de son mandat. En 2009, paraissait le « Rapport relatif aux incidences et aux conséquences de la pauvreté sur les enfants, les jeunes et leurs familles », le résultat d’une étude menée sur le terrain durant huit mois, au cours de laquelle le délégué et son équipe avaient rencontré des professionnels, mais aussi des familles précarisées. Un rapport qui a débouché sur des recommandations. Depuis, la pauvreté reste un enjeu important et l’une de préoccupations majeures de Bernard De Vos. « Elle augmente avec la crise et ça va empirer. Ce qui est aussi flagrant, c’est l’appauvrissement permanent et le manque de contrôle qu’on a sur la régulation du système et de la consommation. C’est un sujet sur lequel on va se pencher. Aujourd’hui , des familles et des enfants se condamnent à ce qu’on appelle la double peine consumériste. On consomme en pensant qu’on va sortir du lot, qu’on va sortir de la misère et qu’on va réussir quelque chose à travers la consommation. Non seulement on ne sort pas de sa condition, mais on entre encore plus dans le cercle infernal de l’endettement. »

2010 avait été proclamée « Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale ». L’occasion de prendre conscience que la pauvreté touche 79 millions d’Européens, dont des millions d’enfants qui sont dès lors privés de la plupart des droits garantis par la Convention internationale relative aux droits de l’enfant. Aujourd’hui, la Commission européenne peaufine une « Recommandation sur la pauvreté et le bien être des enfants ». Tous les défenseurs des droits de l’enfant en attendent beaucoup.


Permalink

| Leave a comment »

Voir en ligne : http://le-blog-de-claire-pecheux.po...

Répondre à cet article

Pays par pays

Focus

Par theme

App Amnesty

A suivre

A l'agenda

DES MILLIONS D’ENFANTS PAUVRES DANS DES PAYS RICHES

« octobre 2014 »
L M M J V S D
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
 

Inscrivez-vous à notre newsletter