Accueil du site > Les Blogs > Le Blog de Claire Pecheux > NON AUX MUTILATIONS GENITALES FEMININES

Actu:Israël. Face à la reprise des hostilités, il est impératif de laisser les groupes de défense des droits humains se rendre à Gaza ... Afghanistan. Pas de justice pour les milliers de civils tués lors d’opérations menées par l’OTAN et les États-Unis ... Amnesty International lance en Belgique une pétition internationale pour demander au gouvernement américain de cesser d’armer Israël ... Donnez votre regard ! ...

NON AUX MUTILATIONS GENITALES FEMININES

jeudi 3 mai 2012

3 mai 2012

« Non aux mutilations génitales féminines », ce message a été répété plus d’une fois au Sénat ce matin, à l’occasion du lancement de l’« Appel pour une résolution de l’assemblée générale des Nations Unies pour l’interdiction des MGF », en présence de Chantal Compaoré, première dame du Burkina Faso et coordinatrice de la campagne pour l’interdiction mondiale de ces pratiques inhumaines. « Quand vous voyez ce qui se passe en Afrique, vous êtes obligée de faire quelque chose pour nos petites filles et nos femmes. Non seulement, les MGF les privent de tout plaisir sexuel, mais elles mettent leur santé en péril, les cas de fistules obstétricales, par exemple, ne sont pas rares. C’est pour cela que nous avons décidé de faire passer une résolution, afin de pousser les pays qui n’ont pas encore légiféré à voter des lois d’interdiction. C’est notre cheval de bataille ! »

Au Burkina Faso, les MGF sont illégales depuis 1996. Les exciseuses et les parents qui imposent des mutilations à leurs filles risquent une peine de six mois à deux ans de prison. Résultat, le taux d’excisions pratiquées a baissé sensiblement, même s’il reste encore beaucoup à faire. Pas facile, en effet, de renoncer à des coutumes ancestrales, mais, comme le précise Chantal Compaoré, « quand les traditions ne sont pas bonnes, il faut les abolir, en Afrique, comme partout ailleurs où on les respecte. L’immigration a permis l’expansion des MGF au niveau mondial. »

En Belgique, toutes les formes de mutilations sexuelles féminines sont interdites et punies par la loi, mais, à l’heure actuelle, aucune condamnation n’a été prononcée. Par ailleurs, le secret professionnel peut être levé pour protéger une petite fille. Officiellement, aucune excision n’a été pratiquée sur le territoire belge, mais dans les faits, rien n’est moins sûr. Marleen Temmerman, chef du service d’obstétrique de l’Hôpital universitaire de Gand raconte. « On m’a déjà demandé, de même qu’à plusieurs de mes confrères, de faire une petite incision pour éviter une grande excision. Bien entendu, nous avons refusé ! » Mais est-ce toujours le cas ? Marleen Temmerman se souvient aussi de l’époque où elle était jeune médecin au Kenya. « C’est la première fois que j’étais confrontée aux mutilations génitales féminines. Mes collègues africains trouvaient cela normal. »

Depuis, la situation a certes évolué. En 2011, l’Union africaine se prononçait en faveur d’une résolution d’interdiction, l’ONU estime que près de deux mille communautés ont abandonné les mutilations génitales féminines et, selon l’OMS, 22 pays ont adopté des lois qui les interdit. Toutes celles et ceux qui luttent depuis des années pour leur abolition totale attendent à présent avec impatience le vote de la résolution par l’assemblée générale des Nations Unies. Pour Khady Koita, auteur du livre « Mutilée », elle-même excisée à l’âge de sept ans, « les mutilations génitales féminines constituent une violation flagrante des droits humains. On fera tout pour que la résolution soit respectée. »

Une pétition est donc lancée. Elle sera en ligne le 7 mai prochain sur le site www.banfgm.org. Chacun d’entre nous pourra alors la signer et soutenir ainsi le combat de la Coalition contre les MGF, des pratiques barbares qui menacent chaque année trois millions de jeunes filles et de femmes.


Permalink

| Leave a comment »

Voir en ligne : http://le-blog-de-claire-pecheux.po...

Répondre à cet article

Pays par pays

Focus

Par theme

App Amnesty

A suivre

A l'agenda

NON AUX MUTILATIONS GENITALES FEMININES

« août 2014 »
L M M J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
 

Inscrivez-vous à notre newsletter