Action : Etats-Unis, justice pour Albert Woodfox et Herman Wallace

Depuis près de 40 ans, Albert Woodfox, 64 ans, et Herman Wallace, 69 ans, ont été maintenus à l’isolement cellulaire, pour la majeure partie dans le pénitencier d’État de Louisiane, connu sous le nom de prison d’Angola. Tout au long de leur isolement prolongé, Albert Woodfox et Herman Wallace ont enduré des conditions de détention très restrictives, notamment en étant confinés dans leurs cellules 23 heures sur 24. Ils n’ont accès aux livres, aux journaux et à la télévision que de manière restreinte et, durant leurs années d’incarcération, ils ont été privés de toute opportunité de stimulation mentale comme de la possibilité de travailler et de s’instruire. Leurs interactions sociales sont limitées à des visites occasionnelles d’amis et de proches, ainsi qu’à des appels téléphoniques restreints. Herman Wallace et Albert Woodfox ont été placés à l’isolement après avoir été accusés d’avoir tué un gardien lors d’une émeute de prisonniers en 1972. Ils ont toujours clamé leur innocence et affirmé qu’ils avaient été mis en cause uniquement en raison de leur militantisme politique en prison. Les appels qu’ils ont interjetés de leur condamnation sont toujours en instance. Un troisième prisonnier, Robert King Wilkerson, ayant été placé à l’isolement au même moment pour d’autres infractions, ils ont été désignés sous l’appellation collective des « Trois d’Angola ». Robert King Wilkerson a été libéré en 2001. Les autorités pénitentiaires de Louisiane n’ont, au fil de ces 39 années, jamais procédé à un réexamen en bonne et due forme du (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Obama doit gracier Edward Snowden

Edward Snowden est accusé d’avoir vendu des secrets à des ennemis des États-Unis. Il a pourtant changé le monde. C’est un héros pour les droits humains.