Amnesty et anakrouze deux voix pour le 10 décembre

Il y a 62 ans, les voix des nations s’accordaient à rédiger une Déclaration universelle des droits de l’Homme. Depuis plus de 40 ans, Amnesty International prend appui sur ce texte pour faire entendre sa voix.

Proposer un concert de voix polyphoniques du monde entier le 10 décembre, Journée internationale des droits de l’homme : voilà une pertinence qu’Amnesty International a privilégiée avec Anakrouze.

Quelle magnifique synergie en effet entre ce groupe d’une vingtaine de femmes, de cultures diverses, qui nous emmèneront d’Est en Ouest et du Nord au Sud de la planète avec leur passion du chant a capella et l’action des militants d’Amnesty International, défenseurs des voix opprimées dans le monde !

Ces femmes, toutes vêtues de rouge, nous proposeront un magnifique tour du monde avec leur répertoire, véritable florilège de chants polyphoniques traditionnels, de berceuses, de prières, de chansons d’amour, de révolte et de labeur.

Ce reflet du monde, témoignage des échanges entre les cultures, c’est un concert de voix, certes, mais c’est aussi une mise en scène des corps, un éclairage évocatoire qui invitent au rêve et au voyage.

La qualité artistique du groupe est reconnue par tous les publics et l’enregistrement d’un troisième CD est d’ailleurs prévu pour la fin de cette année.

Depuis plus de dix ans, Anakrouze s’implique dans de nombreux projets à caractère social : les femmes en rouge ont chanté pour les sans abris, les réfugiés, dans les prisons et les homes. Ce 10 décembre, à l’initiative d’Amnesty International, Anakrouze chantera pour un monde où chacun devrait se prévaloir de tous les droits énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Ferme du Biéreau, Place Polyvalente, Louvain-la-Neuve
Le 10 décembre 2010 à 20h30
Prix : 15€
Réservation : Fnac www.fnac.be
Librairie Agora Louvain-la-Neuve
Médiathèques de Louvain-la-Neuve, Namur
Renseignements : respgr54ATaibfPOINTbe

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse