Des jeunes au pilori : ça suffit !

Saint-Louis

En Arabie saoudite, un enfant qui manifeste peut être condamné à la peine de mort. C’est ce qui est arrivé à Ali al-Nimr, Dawood al-Marhoon et Abdullah al-Zaher, trois jeunes militants chiites condamnés à la suite de procès iniques, pour des faits qu’ils auraient commis alors qu’ils étaient mineurs. Tous trois auraient été torturés pour les faire avouer, mais aucune enquête n’a été ouverte sur ces allégations.

Le 14 février, Ali al-Nimr aura passé 4 ans en détention. Ce sont 4 ans de trop. Jeudi 4 février à 17h, rejoignez-nous au pied de l’ambassade d’Arabie saoudite pour crier votre opposition à la peine de mort, et pour dénoncer toutes les violations des droits humains dans le pays. Nous manifesterons bien sûr pour demander la libération de Raif Badawi, de son avocat Waleed Abu al-Khair ainsi que des prisonniers d’opinion de l’association ACPRA.

N’hésitez pas à partager l’information autour de vous.

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition