Enfants soldats — 12 février 2010— action symbolique à Louvain-la-neuve

Pour dire "Non à l’utilisation des enfants soldats", plus de 800 jeunes se mobilisent le 12 février prochain à Louvain-la-Neuve. Ils viendront symboliquement déposer leurs jouets en forme d’armes pour qu’ils soient écrasés par un rouleau compresseur. Le Ministre de la Coopération au développement, Charles Michel sera présent pour recevoir les recommandations formulées par la Coalition belge contre l’utilisation d’enfants soldats.??Pour inciter la communauté internationale à continuer às’engager dans le combat contre le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, les membres de la Coalition belge contre les enfants soldats [1], commémorent chaque année le protocole entré en vigueur en 2002.

Il importe de rappeler que le recrutement d’enfants de moins de 16 ans à des fins militaires est un crime de guerre.??Au programme cette année : ? Retrouvez-nous de 10h30 à 12h sur la Grand Place de Louvain-la-Neuve

  • Rassemblement de plus de 800 élèves des écoles de la région(expression, chants, prises de parole, dépôt symbolique d’armes)
  • Intervention de M. Jacques Benthuys, Echevin d’Ottignies - Louvain-la-Neuve ;
  • Intervention de M. Philippe Hensmans, Directeur Amnesty International Belgique francophone ;
  • Témoignage de M. Murhabasy, responsable de programmes à Bukavu
  • Intervention de M. Charles Michel, Ministre de la coopération au développement ;
  • Action symbolique : formation d’une chaine humaine autour d’un rouleau compresseur et destruction d’armes de guerre.

Cette activité est organisée dans le cadre du Festival 2010 "Les Voies de la Liberté"

À noter également qu’en marge de cette action, une exposition sur les enfants soldats sera présentée au public.

 ?.

Notes

[1Les membres de la Coalition sont : Plan Belgique, Unicef Belgique, Amnesty International Belgique Francophone et Amnesty International Vlaanderen, Pax Christi Vlaanderen, et Vic ngo

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse