Rencontre avec Jean Wyllys, défenseur des Droits humains au Brésil

Bruxelles

Depuis l’élection de Jair Bolsonaro à la tête du Brésil, la situation précaire de certaines communautés brésiliennes s’approfondit gravement. Quatre mois après sa formation, le nouveau gouvernement brésilien a déjà lancé une série de mesures qui vont dans le sens de la réduction des droits et de la stigmatisation de différentes minorités au Brésil. Au-delà des propos insultants et menaçants du président lui-même envers la communauté LGBTI, les femmes et militants environnementaux ; une augmentation des agressions policières et de la violence (physiques et institutionnelles) est déjà visible : contre les peuples originaux, les personnes LGBTI, les habitant des quartiers pauvres, les personnes afro-brésiliennes, et les personnes défenseures des droits humains en général.

Pour nous parler de cette inquiétante situation, nous avons le plaisir d’accueillir Jean Wyllys, député brésilien du PSOL (Parti socialisme et liberté), et lui-même victime directe de la direction prise par le nouveau gouvernement brésilien : en effet dès le début de l’année 2019, Jean Wyllys a pris la décision de quitter le Brésil et ne pas assumer son poste de député fédéral de l’état de Rio de Janeiro à cause des menaces de mort pesant sur lui et de sa famille.

Journaliste et professeur universitaire, premier homme politique ouvertement homosexuel au Brésil, il fut également le président de la Commission indépendante à la Chambre pour l’investigation de la mort de la conseillère municipale à Rio de Janeiro, Marielle Franco. Plus qu’un politicien, il est aujourd’hui un défenseur des droits humains dont la voix mérite d’être amplifiée. Sa récente fuite du Brésil est le symbole de la préoccupante situation concernant les droits humains, l’État de droit et la démocratie au Brésil.

Nous vous invitons dès lors à ce midi des droits humains avec Jean Wyllys ce mardi 7 mai 2019 de 12h30 à 14h00 dans nos locaux à la chaussée de Wavre 169 à Ixelles.

L’inscription est obligatoire par email avec votre nom, votre prénom et votre numéro de téléphone à mdh@amnestyinternational.be ou par téléphone au 02 538 81 77 au plus tard ce lundi 6 mai 2019. Pour une question de sécurité, seules les personnes étant inscrites pourront accéder aux locaux.

Une traduction du portugais vers le français sera assurée.

Sandwiches et boissons seront offerts aux participants.

Nous vous y attendons nombreux-ses !

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.