Midi des droits humains - Rencontre avec Julie Bodson de DUO for a JOB

DUO for a JOB est une association qui a été fondée suite à un constat : il y a un manque de valorisation des expériences et des compétences des plus de 50 ans et par ailleurs, des jeunes issus de l’immigration rencontrent des barrières communes pour accéder à l’emploi.

Une idée simple mais néanmoins innovante en a suivi : mettre en contact les jeunes chercheurs d’emploi issus de l’immigration avec mentors, des personnes de plus de 50 ans, qui les accompagnent dans leur processus d’insertion socio-professionnelle et leur envie de trouver leur voie en Belgique.

Grâce à ce programme de mentoring et à travers le partage d’expériences, l’association vise à faire disparaître les inégalités d’accès au marché du travail pour les jeunes issus de l’immigration ainsi qu’à valoriser le savoir des aînés. Les rencontres intergénérationnelles et interculturelles qu’elle crée permettent également de déconstruire les préjugés et de lutter contre la discrimination tout en recréant du lien social et de la solidarité de proximité.

Julie Bodson, qui est Advocacy coordinator chez DUO for a JOB, viendra nous présenter cette association qui a permis à plus de 575 jeunes de trouver de l’emploi et plus de 218 autres de trouver un stage. Elle nous expliquera les succès stories qui défilent sur leur page Facebook, mais aussi les difficultés qu’ils rencontrent et le besoin d’avoir des environnements où la diversité et la migration sont perçus de manière positive pour ces jeunes.

Cette rencontre aura lieu ce mardi 11 juin 2019 de 12 h 30 à 14 h 00 dans nos locaux à la chaussée de Wavre 169 à Ixelles.

Si vous souhaitez nous rejoindre, je vous invite à envoyer un email à mdh@amnestyinternational.be avant ce vendredi 7 juin midi.

Sandwiches et boissons seront offerts aux participants.

Nous vous y attendons nombreux·ses !

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.