Projection - débat : « Taxi Téhéran »

Réalisé par Jafar Panahi, prisonnier d’opinion en Iran, ce film à la fois tendre, drôle et percutant, est en lui-même un acte de résistance et une prouesse. Par le traitement qui y est fait des questions de société dans le pays, "Taxi Téhéran" s’inscrit dans la lignée des films « interdits » de Jafar Panahi, ici passager de sa propre aventure.

«  Le ministère de l’Orientation islamique valide les génériques des films "diffusables". À mon grand regret, ce film n’a pas de générique. » Jafar Panahi



Cinéaste banni dès 1997 lors de la sortie de son long-métrage Miroir – série de portraits qui questionne sans fard la condition des femmes iraniennes – Jafar Panahi n’a plus le droit de réaliser des films dans son pays ni de quitter le territoire depuis 2010.

En réponse à cette interdiction, Panahi réalisera deux films depuis son domicile : Ceci n’est pas un film en 2011, et Closed Curtain en 2012. Bravant la censure avec une subtilité désarmante, il expliquera : « Je suis un cinéaste. Je ne peux rien faire d’autre que réaliser des films. Le cinéma est ma manière de m’exprimer et ce qui donne un sens à ma vie. Rien ne peut m’empêcher de faire des films, et lorsque je me retrouve acculé, malgré toutes les contraintes, la nécessité de créer devient encore plus pressante ».

Taxi Téhéran est un cri. Un cri de liberté, mais aussi un cri d’espoir.
Tourné en extérieur, mais dans le huis clos d’un taxi ordinaire, le film est une véritable prouesse où Jafar Panahi, prisonnier d’opinion, joue à l’écran le rôle principal d’un homme libre.

Au volant de son taxi, il parcourt les rues de Téhéran pour aller à la rencontre de ses habitants. Les échanges fortuits avec les passagers ne montrent pas, mais suggèrent clairement de quelles atteintes aux libertés souffrent les Iraniens.

Amnesty International y reconnaît ses préoccupations majeures depuis la création de la République islamique en 1979 : la peine de mort, les discriminations à l’égard des femmes, la répression des avocats, la censure à l’égard des cinéastes, l’oppressante surveillance des personnes.

Taxi Téhéran a obtenu l’Ours d’Or et le Prix FIPRESCI à la 65ème édition du Festival de Berlin.

En collaboration avec Imagine Film, Amnesty organise une avant-première le mercredi 22 avril, le jour de sa sortie, au cinéma Vendôme Chaussée de Wavre, 18 à Ixelles.

Programme :

 19h00 et 19h15 : Accueil. Place disponible sur place à partir de 18h30.

 19h15-19h30 : Trailers, présentation de 10min du film par Philippe Manche journaliste au Soir.

 19h40-21h00 : diffusion du film. Après le film, présentation de la situation en Iran (reprenant les sujets abordés dans le film) faite par Amnesty International et qui sera suivie d’un échange entre le public et les intervenants du Soir et d’Amnesty jusqu’à 21h40 maximum.

Liste des cinémas où le film sort le 22 avril en Belgique :

- Bruxelles : VENDÔME (Première avec la participation d’Amnesty international FR) en LES GALERIES
 Tournai : IMAGIX - MAISON DE LA CULTURE
 Namur : CAMEO NOMADE
 Rixensart : CINE CENTRE
 Jodoigne : L’ETOILE
 Liège : LES GRIGNOUX
 Charleroi : LE PARC
 Mons : PLAZA ART
 Kortrijk : BUDA
 Antwerpen : CARTOON’S
 Brugge : LUMIERE
 Gent : STUDIO SKOOP (Première avec la participation d’Amnesty international NL)
 Leuven : CINEMA ZED
 Festival MOOOV dans différentes salles en Flandre : http://www.mooov.be/film/Taxi_Teheran/2015/

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.