RENCONTRE AVEC SERGE KAMBALE DE “LUCHA”

Rencontre avec Serge Kambale de « Lucha » sur la répression dont sont victimes les voix discordantes en République démocratique du Congo

Le mercredi 2 décembre, la section belge francophone d’Amnesty International organise une rencontre autour de la mobilisation citoyenne en République démocratique du Congo (RDC).

À un an des élections, Serge Kambale nous parlera des atteintes dont sont victimes les membres de l’opposition, les défenseurs de droits humains et d’autres acteurs de la société civile. Il reviendra également sur le cas d’Yves Makwambala et Fred Bauma, tous deux membres de mouvements de jeunesse d’éducation à la citoyenneté (respectivement de Lucha et Filimbi), incarcérés pour « terrorisme » et « complot » et considérés par Amnesty International comme des prisonniers d’opinion.
En mars 2015, les forces de sécurité congolaises faisaient irruption lors d’une conférence de presse organisée par Filimbi. Trente personnes ont été arrêtées dont Yves et Fred. Certains ont été relâchés ou renvoyés chez eux, mais Yves et Fred sont toujours en prison. Ils ont été détenus dans un lieu secret pendant deux semaines et n’ont pas été autorisés à voir leurs proches ou consulter leurs avocats.

Cette rencontre a lieu en marge de la sortie du rapport d’Amnesty International intitulé Ils sont traités comme des criminels. La RDC fait taire des voix discordantes pendant la période préélectorale, lequel révèle la manière dont la justice congolaise est instrumentalisée en vue de réduire au silence ceux qui sont en désaccord avec l’idée d’un troisième mandat du président Kabila et revient sur le cas de huit personnes, dont Fred et Yves, incarcérées pour avoir exercé pacifiquement leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion.

Serge Kambale, membre fondateur du mouvement citoyen Lucha (Lutte pour le changement), Kris Berwouts, spécialiste de la région des Grands Lacs et Evie Francq, chercheuse pour Amnesty International, spécialiste de la RDC et co-auteur de rapport ci-mentionné, feront le point sur la lutte menée par des acteurs de la société civile pour la mise en place d’une réelle démocratie au Congo.

Un drink sera offert sur place à l’issue de la conférence.

Quand ? Mercredi 2 décembre de 18 h 30 à 20 h.
Où ? À l’Université Libre de Bruxelles, Av. F. Roosevelt, 50 à 1050 Bruxelles — Campus du Solbosch, auditoire UD.2.218 (sous réserve des mesures de sécurité prises par le gouvernement dans les jours à venir).
Formalités particulières ? Entrée libre mais inscription obligatoire par email à stagecampagne2@amnestyinternational.be. Au vu de la situation actuelle, il sera demandé à tous les participants de se munir de leur carte d’identité.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse