Théâtre — Blessées à Mort - Ministres, actrices, chanteuses et journalistes au théâtre contre le féminicide

Ce 25 novembre à 20h30 au Théatre Saint-Michel, 2 rue Père Eudore devroye, 1040 Bruxelles

Avec Blessées à Mort, des femmes assassinées de la main d’un mari, d’un fiancé ou d’un ex, racontent, l’espace d’une soirée au théâtre, à travers la voix de personnalités bien connues du grand public, leur histoire toujours dramatique, mais sur un ton qui n’est pas toujours dépourvu d’ironie ! Ces femmes proviennent du monde entier, de contextes culturels et sociaux différents, mais sont réunies par un même destin tragique. Bien que les faits ne soient pas reconnaissables, toutes les histoires s’inspirent d’épisodes réellement advenus.

La pièce, portée par une vingtaine de personnalités féminines provenant du monde du spectacle, de la télévision, de la politique ou de la société civile, sera présentée à Bruxelles en français le 28 novembre prochain (Théâtre Saint Michel), à trois jours de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 Novembre.

Plus d’infos

http://www.theatresaintmichel.be/Blessees-a-mort

Elles ont confirmé leur participation sur scène aux côtés de l’auteure Serena Dandini : Marie-Esméralda de Belgique, Joelle Milquet (vice-Première ministre, ministre de l’Intérieur et de l’Égalité des chances dans le gouvernement Di Rupo), Évelyne Huytebroeck (Ministre de la Jeunesse, de l’Environnement, de l’Énergie et de la Rénovation urbaine), Karin Gerard (Présidente de Chambre à la cour d’appel de Bruxelles), Julie De Groote (Présidente du Parlement francophone bruxellois), Viviane Teitelbaum (députée, Présidente du Conseil des Femmes Francophones de Belgique), Nina Miskina (chanteuse et comédienne), Grâce de Capitani (comédienne), Isabelle Wéry (comédienne, dramaturge et romancière), Malika Ayane (chanteuse italienne), Manuela Grippi (comédienne), Serra Yilmaz (comédienne), Beverly Jo Scott (chanteuse)

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.