Midi des droits humains - Conseil de Déontologie journalistique - Comment peut-on combiner déontologie et refus de la censure ?

Saint-Gilles

Les Midis des droits humains organisés par Amnesty International Belgique francophone sont une occasion de faire connaissance avec d’autres associations et de rencontrer des personnes qui travaillent sur des thématiques liées aux droits humains ici et ailleurs.

Ces rencontres contribuent à améliorer notre connaissance sur ces différentes thématiques. Elles permettent également d’échanger des points de vue, de trouver ensemble des pistes d’action ou de collaboration.

Saviez-vous que le Conseil de déontologie journalistique en Belgique n’est pas un tribunal, mais une autorité morale ? Il a pour fonction l’information sur la déontologie ; la médiation entre des plaignants et des médias ; la régulation de la profession journalistique (avis, traitement des plaintes, recommandations).

André Linard, secrétaire général du Conseil de déontologie journalistique, viendra nous expliquer s’il est possible de combiner déontologie et refus de la censure, et si oui, comment. Il nous expliquera également le fonctionnement du Conseil de déontologie journalistique.

Quand ? Mardi 18 mars 2014 de 12h30 à 14h00.

Où ? Au Secrétariat national d’Amnesty International Belgique francophone, rue Berckmans 9 à 1060 Bruxelles.

Entrée libre, mais inscription obligatoire en complétant le formulaire ci-dessous, par email à mddh(at)amnestyinternational.be ou par téléphone au 02 538 81 77 auprès de Jehona Krenzi au plus tard le 16 mars 2014.

Sandwiches et boissons seront offerts aux participants.

Voici une liste déroulante avec les prochaines rencontres

J’autorise Amnesty International Belgique francophone à me communiquer de manière régulière des informations concernant ses activités ou m’inviter à participer à ses actions.

Mariée de force, violée et condamnée à mort

Mariée de force, Noura Hussein a été violée par son mari. Elle l’a tué en légitime défense : le Soudan l’a condamnée à mort. Agissez pour elle : signez notre pétition