Midi des droits humains : La violence policière en Turquie - rencontre avec Hakan Yaman

Nous accueillerons Hakan Yaman, victime de violences policières en Turquie, accompagné de Milena Buyum, responsable des campagnes Turquie au sein du Secrétariat International d’Amnesty International.

Hakan nous racontera ce qu’il a vécu à Istanbul le 3 juin 2013, lors des manifestations anti-gouvernementales au Parc Gezi où il fut tabassé, aveuglé, brûlé vif et laissé mort par la police, alors qu’il ne manifestait pas. Chauffeur de minibus, 37 ans, marié et père de deux petites filles, Hakan rentrait paisiblement chez lui lorsqu’il a été sauvagement attaqué par un groupe de policiers réprimant une manifestation dans une rue voisine. Son histoire a été choisie comme exemplaire parmi celle de 8 000 autres blessés recensés lors des manifestations de juin 2013.

Hakan a été opéré 6 fois, et son moral s’est beaucoup amélioré grâce aussi à la solidarité internationale et aux actions menées pour lui par Amnesty International. Aucune des demandes adressées aux autorités tant par son avocate et sa famille que par Amnesty International n’ont abouti, jusqu’à présent. À ce jour, l’enquête administrative disciplinaire a été clôturée. L’enquête criminelle en revanche reste ouverte. Bien que la Turquie persiste à perpétuer sa culture de l’impunité, son avocate ne renonce pas à poursuivre l’Etat pour lui rendre justice.

Le témoignage de Hakan sera suivi d’un débat mené par la Coordination Turquie et la responsable des campagnes Turquie d’Amnesty International, Milena Buyum.

Quand ? Le 7 novembre 2014 de 12h30 à 14h00.
Où ? N.C.O.S. 11 11 11, rue de la Linière 11, 1060 St-Gilles (salle Beijing)

Inscription obligatoire en complétant le formulaire ci-dessous, par email à mddh(at)amnestyinternational.be ou par téléphone au 02 538 81 77 auprès de Jehona Krenzi au plus tard le 5 novembre 2014.

Sandwiches et boissons seront offerts aux participants.

Voici une liste déroulante avec les prochaines rencontres

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse