Rencontre avec des défenseures des droits humains colombiennes

Bruxelles

Le 11 juin prochain nous accueillerons dans nos locaux deux femmes défenseures des droits humains colombiennes. L’une, Erlendy, est la sœur de Bernardo Cuero. Ce défenseur des droits des afro-colombiens et des peuples indigènes avait violemment été assassiné en 2017 après avoir subi des années de menaces. Menaces qu’Erlendy continue de subir en plus d’avoir perdu plusieurs de ses proches. Elle sera accompagnée de Liliana Paola, représentante de l’organisation AFRODES : l’association de défense des afro-colombiens victimes de déplacement forcé.

Ces deux défenseures viendront nous exposer la situation des droits humains en Colombie qui, malgré la signature des accords de paix en 2016, ne s’est pas améliorée. En effet, tous les trois jours un·e défenseur·e des droits humains est tué dans le pays.

En plus de leur témoignage sera diffusé le documentaire Tierra de lucha qui raconte l’histoire de quatre employés : une femme de ménage à Medellin, une ouvrière d’une plantation de canne à sucre à Cali, un agriculteur de la région du Cauca et un jeune syndicaliste à Bogotá. Ce qu’ils ont en commun c’est leur combat quotidien pour leurs droits, malgré les échecs, la répression du gouvernement, des employeurs et des groupes armés.

La musique de Zona 7 viendra clôturer en beauté la soirée.

Cette soirée pour les droits humains est organisée par AMNESTY INTERNATIONAL BELGIQUE avec AFRODES -Asociación Nacional de Afrocolombianos Desplazados-FOS et CBC -Coordinación belga por Colombia.

Infos :
 Le mardi le 11 juin à 19h30
 Au secrétariat national d’Amnesty International (Chaussée de Wavre 169, 1050 Ixelles)
 Entrée gratuite
 Langues : Espagnol, Français, Néerlandais

Pour vous inscrire à la soirée envoyer nous simplement un mail à cette adresse : assist-campagnes@amnesty.be

Signez notre pétition pour demander au président colombien Ivan Duque de rendre justice à la famille de Bernardo Cuero ici.

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.