Comment Amnesty s’organise au niveau mondial ?

Le mouvement international

Secrétariat International

Bureau exécutif international

Assemblée mondiale

Forums régionaux

Le mouvement international

Les composantes du mouvement

Amnesty International organise ses activités militantes de différentes façons selon les pays. Suivant leur niveau de développement, les entités qui composent le mouvement sont appelées sections ou structures.
En Belgique, il s’agit de deux sections : Amnesty International Belgique francophone et Amnesty International Vlaanderen.
Au sein de chaque entité, le siège national supervise et coordonne les activités de ses membres engagés sur le terrain.
Lorsqu’il n’y a ni section ni structure dans un pays, les personnes peuvent adhérer à AI et devenir membres internationaux et sont directement rattachées au Secrétariat international (SI). Elles peuvent agir au sein d’un groupe local, d’une antenne jeunes, d’un cercle d’action ou encore à titre individuel.
Dans certains pays, Amnesty International installe parfois des bureaux nationaux placés sous le contrôle du Secrétariat International. Ces bureaux sont composés exclusivement de salariés et ont vocation à devenir par la suite des structures puis des sections composées de membres afin de développer leur impact sur le terrain.

Les instances décisionnelles internationales

Les différentes entités d’AI prennent part à la vie démocratique du mouvement, notamment en votant les orientations stratégiques lors des Assemblées mondiales (AM) annuelles et élisent le Bureau exécutif international (BEI). Celui-ci nomme le/la secrétaire général(e) qui supervise les activités du Secrétariat International.
En application des statuts internationaux qui garantissent une gouvernance démocratique, le mouvement mondial peut agir dans les différents pays dans lesquels il est implanté tout en conservant une unité à travers son identité, ses valeurs et ses principaux fondamentaux :

Accent sur l’impact : L’objectif final et essentiel de la gouvernance d’Amnesty International est de maximiser l’impact sur les droits humains.

Inclusion : Les participants internes et externes doivent participer de manière constructive à la gouvernance d’Amnesty International.

Diversité et intégration de la dimension du genre : La composition des organes de gouvernance d’Amnesty International doit être diversifiée et tenir compte des questions de genre.

Qualité de la participation : Les discussions et le processus décisionnel doivent reposer sur la compétence, la confiance mutuelle, la transparence, les informations prouvées, l’ouverture d’esprit, la collaboration constructive et le respect mutuel.

Transparence  : Par principe, toutes les informations liées à la gouvernance doivent être consultables sans restriction, en dehors des renseignements confidentiels.

Obligation de rendre des comptes : Toutes les structures de gouvernance d’Amnesty International doivent faire partie d’un système international intégré de responsabilisation.

Efficacité et efficience : Les structures, systèmes et processus de gouvernance d’Amnesty International doivent être aussi simples, clairs et efficaces que possible afin d’optimiser les ressources limitées du mouvement dans ce domaine.

Les stratégies d’Amnesty International (2016-2019)

Le monde change. Nous changeons avec lui.

Nous changeons notre façon de travailler et transférons des ressources vers des endroits stratégiques autour du monde.
En renforçant notre présence dans le monde, nous aiderons un plus grand nombre de citoyens à connaître, revendiquer et exercer leurs droits humains. Nous exercerons des pressions plus fortes au niveau national, régional et international.

Nous avancerons plus vite. Nous travaillerons à plus grande échelle. Nous nous concentrerons sur les questions les plus pertinentes pour la vie des gens.

Les objectifs d’Amnesty International s’articulent autour de cinq axes d’action :

  • -Revendiquer les libertés
  • -Garantir des droits égaux pour tous
  • -Réagir aux crises
  • -Garantir l’obligation de rendre des comptes
  • -Optimiser nos ressources et nos engagements

Faire de l’injustice une affaire personnelle est un document qui explique en détails ces cinq champs d’action, afin de venir en aide au plus grand nombre de citoyens.

Secrétariat International

Les missions

Le Secrétariat international (SI), basé à Londres, regroupe près de 300 employés qui mettent en œuvre les décisions de l’Assemblée mondiale (AM) et du Bureau exécutif international (BEI). C’est au SI que l’on organise et prépare les campagnes, assure les missions de recherche et effectue un travail de plaidoyer et de communication auprès des médias. La mission du SI est essentiellement opérationnelle, alors que l’Assemblée mondiale et le Bureau exécutif international travaillent sur le plan stratégique.

Les bureaux régionaux

Depuis 2014, le SI a également ouvert des bureaux régionaux dans d’autres pays afin de faciliter les recherches, les campagnes et la communication dans différentes parties du monde et ainsi renforcer l’action locale des sections pour être plus proche du terrain. Il existe aujourd’hui plusieurs bureaux régionaux :

Le secrétaire général

Le secrétaire général, nommé par le Bureau exécutif international, dirige les opérations du mouvement. Son rôle est de remplir les fonctions de porte-parole et conseiller politique de l’organisation et de s’occuper de la conduite quotidienne du mouvement. Il est aussi le directeur général du SI.

Kumi Naidoo, défenseur des droits humains et activiste, est l’actuel secrétaire général d’Amnesty International. De nationalité sud-africaine, Kumi Naidoo est nommé à ce poste pour un mandat de quatre ans. Il succède à Salil Shetty, qui a servi deux mandats en tant que secrétaire général (2010-2018).

Nouvelles des questions internationales

“Nouvelles des Questions Internationales” est une publication mensuelle. Son but est de tenir un large public mondial de membres au courant des développements et de nouvelles orientations de notre mouvement au niveau international. Ces articles sont des résumés de documents internes d’Amnesty international. Retrouvez ci-dessous les trois derniers numéros.

PDF - 288.1 ko
PDF - 172 ko
PDF - 172 ko
PDF - 222.2 ko
PDF - 237.8 ko

Bureau exécutif international

Les missions

Le Bureau exécutif international (BEI) est l’instance qui dirige le mouvement à l’échelle internationale. Élu par l’Assemblée mondiale (AM), il se réunit au moins deux fois par an. Les statuts d’Amnesty International définissent les missions du BEI telles que :

  • -mettre en œuvre les décisions de l’Assemblée mondiale
  • -approuver la création de sections, structures et autres organes d’Amnesty International
  • -gérer les finances et les risques du mouvement
  • -assurer la gouvernance, la direction et le contrôle d’Amnesty International dans le monde entier

En complément de ces statuts, le Bureau exécutif international est chargé de nommer le/la secrétaire général(e) du Secrétariat international (SI) dont le rôle est de s’occuper de la conduite quotidienne du mouvement et de remplir les fonctions de principal porte-parole et conseiller politique de l’organisation.

Les membres du BEI

L’Assemblée mondiale élit neuf membres du Bureau exécutif international, mandatés pour une période de trois ans, renouvelable une fois. Ces membres rendent compte à l’Assemblée mondiale et à l’ensemble du mouvement. Lors de chaque mandat, le BEI nomme une ou deux personnes cooptée(s).

Le BEI ne peut pas compter plusieurs membres issus d’une même entité nationale d’Amnesty International ni plusieurs membres venant d’un pays, État ou territoire sans représentation officielle d’Amnesty International.

Pour toutes questions relatives au BEI, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : internationalboard@amnesty.org

Assemblée mondiale

L’Assemblée mondiale (AM) agit en tant qu’organe de décision suprême du mouvement d’Amnesty International. Elle se déroule chaque année et remplace le Conseil international (CI).

Les missions

L’Assemblée mondiale :

  • -approuve la stratégie mondiale permettant de réaliser la vision et la mission d’Amnesty International
  • -vote les motions et les modifications statutaires
  • -vote le budget
  • -élit le Bureau exécutif international (BEI)

L’Assemblée mondiale est une instance permanente qui se réunit une fois par an. Elle élit son/sa président(e) pour un mandat de deux ans, renouvelable deux fois.

Quatre comités sont élus par l’Assemblée mondiale pour l’aider dans son travail :

  • -le Comité préparatoire
  • -le Comité chargé des candidatures internationales
  • -le Comité de réexamen du statut des membres
  • -le Comité financier et d’audit

Les grandes orientations du mouvement viennent des décisions de l’Assemblée mondiale. AI est un mouvement profondément démocratique qui estime qu’une décision majeure doit être prise non pas par les seul(e)s dirigeant(e)s mais par l’ensemble des sections et structures via leurs délégué(e)s.

Les membres

L’Assemblée mondiale est constituée de représentants des entités membres et des membres internationaux. Ils ne doivent pas faire partie du personnel rémunéré.
Les décisions se prennent en groupe de travail. Dans ces groupes, le système de vote est le suivant : une entité = une voix. Les membres internationaux sont représentés par une voix pour tous les membres internationaux.

Un représentant des jeunes (-25 ans) d’un tiers des entités (par rotation) et un représentant des jeunes membres internationaux peuvent participer à la réunion annuelle de l’Assemblée mondiale.

Les décisions

Les motions sont des demandes que les entités membres, les membres internationaux et le BEI soumettent à l’Assemblée mondiale pour qu’elle en discute et prenne des décisions. Ces motions sont classées par le Comité préparatoire à l’Assemblée mondiale selon leur priorité.

Elles sont réparties en trois catégories :

  • -Niveau élevé de priorité et de pertinence : sujets ayant un intérêt mondial, considérés comme prioritaires.
  • -Niveau moyen de priorité et de pertinence : sujets ayant un intérêt mondial, qui peuvent être ajoutés à l’ordre du jour.
  • -Niveau faible de priorité et de pertinence : sujets concernant seulement quelques entités membres d’une région, qui ne sont pas intégrés à l’ordre du jour.

Forums régionaux

Les missions

Les fonctions principales des Forums régionaux sont les suivantes :

  • -discuter des points à l’ordre du jour proposés par le Comité préparatoire et préparer les dirigeant(e)s à prendre des décisions lors de l’Assemblée mondiale
  • -débattre de sujets concernant la région en s’assurant de la cohérence régionale, nationale et mondiale
  • -veiller au renforcement des capacités

Lorsque ces points ont été examinés et débattus, chaque Forum régional élabore et approuve son propre mandat, qu’il communique au Secrétariat international (SI).

Les membres

Chaque entité d’une région peut envoyer jusqu’à trois participant(e)s à un Forum régional. La région décide du nombre de participant(e)s en fonction des sujets à évoquer. Le/la représentant(e) permanent(e) de l’entité membre doit être au nombre des participant(e)s.

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.