Une vision et une mission

©Amnesty international. Mission de recherche à Mossoul, mars2017

Amnesty International est un mouvement mondial de personnes qui luttent pour les droits humains. Elle intervient au nom des victimes de violations de ces droits, en se basant sur une recherche impartiale et sur le droit international. L’organisation est indépendante de tout gouvernement, idéologie politique, intérêt économique ou religion.

Une vision

Le travail d’Amnesty se base sur sa vision du monde, un monde dans lequel toute personne jouit de l’ensemble des droits inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et les autres textes internationaux relatifs aux droits humains.

Une mission

Afin d’être fidèle à cette vision, Amnesty International se donne pour mission de mener des recherches et des actions visant à prévenir et faire cesser les atteintes graves à l’ensemble de ces droits.

Des valeurs fondamentales

Amnesty International forme une communauté mondiale de militants des droits humains dont les principes sont la solidarité internationale, une action efficace en faveur de victimes individuelles, un champ d’action mondial, l’universalité et l’indivisibilité des droits humains, l’impartialité et l’indépendance, la démocratie et le respect mutuel.

Des méthodes

L’organisation mène des recherches systématiques et impartiales sur des cas individuels et des pratiques bien établies d’atteintes aux droits humains. Les résultats de ces recherches sont rendus publics, avec exactitude, rapidité et constance.

Amnesty International intervient auprès des gouvernements, des organisations intergouvernementales, des groupes politiques armés, des entreprises et d’autres agents non gouvernementaux.

Outre son travail sur des atteintes spécifiques aux droits humains, Amnesty International demande instamment à tous les gouvernements de respecter la primauté du droit, ainsi que de ratifier et d’appliquer les textes relatifs aux droits humains.

L’organisation mène un vaste programme d’éducation aux droits humains ; elle encourage les organisations intergouvernementales, les particuliers et l’ensemble des composantes de la société à promouvoir et respecter les droits humains.

Comment fonctionne Amnesty ?

D’un petit groupe de bénévoles travaillant dans un minuscule bureau à Londres, Amnesty International est devenue aujourd’hui l’organisation de promotion, de défense et de développement des droits humains s’appuyant sur le plus grand nombre de bénévoles du monde.

Amnesty compte plus de 7 millions de membres et sympathisants, dans plus de 140 pays et territoires. On compte des sections nationales dans plus de 50 pays, 30 d’entre elles dans des zones hors de l’Europe et de l’Amérique du Nord. L’organisation peut aussi compter sur le soutien actif de 7 500 groupes locaux dans plus de 100 pays.

Amnesty possède des structures de décision démocratiques. Gérée par un Secrétaire général, l’organisation est dirigée par un Bureau Exécutif International composé de neuf membres, dont huit membres bénévoles (élus par une assemblée générale mondiale de représentants de toutes les sections nationales), et d’un membre élu du Secrétariat International.

Situé à Londres, ce Secrétariat International est le centre névralgique du mouvement sur le plan de la recherche et emploie plus de 290 permanents payés et 90 bénévoles provenant de plus de 50 pays différents. L’efficacité d’Amnesty dépend de sa crédibilité : une recherche fiable et détaillée est donc essentielle.

Avant de lancer des actions, chaque information est vérifiée à sept niveaux différents, et trois sources extérieures sont requises pour confirmer une preuve provenant du terrain. La recherche est menée par une équipe d’experts, soutenus par des spécialistes appartenant à des disciplines aussi diverses que le droit, la médecine, les médias et la technologie.

La qualité de sa recherche est considérée comme hautement fiable, et ses informations sont largement consultées par des chercheurs, des journalistes, des gouvernements, et des organisations cherchant des données sur les violations des droits humains.

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.