Les années 60

  1961 Peter Benenson, un avocat britannique, lance un Appel pour l’amnistie 1961 avec la publication d’un article « Les prisonniers oubliés » dans le journal The Observer de Londres au Royaume-Uni , le 28 mai. L’emprisonnement de deux étudiants portugais qui avaient levé leur verre à la liberté a poussé Benenson à écrire cet article qui s’est révélé être la constitution d’AI. L’appel a été repris dans plusieurs journaux du monde entier. En juillet, la première rencontre internationale qui rassemblait des délégués de Belgique, du Royaume-Uni, de la France, d’Allemagne, d’Irlande, de Suisse et des Etats-Unis décide de constituer un mouvement international permanent pour la défense de la liberté d’opinion et de culte. Les premiers groupes AI sont fondés au Royaume-Uni, en Allemagne de l’Ouest, en Hollande, France, Italie et Suisse. Le Jour des droits de l’homme, le 10 décembre, la première bougie d’Amnesty est allumée dans l’église de Saint-Martin-aux-Champs, à Londres

  1962 AI exécute sa première mission au Ghana en janvier, suivie de la Tchécoslovaquie en février (en faveur d’un prisonnier d’opinion, l’archevêque Joseph Beran) et ensuite au Portugal. Un fond d’aide aux prisonniers d’opinion est constitué pour procurer du soulagement aux prisonniers et à leurs familles. 210 prisonniers ont maintenant été adoptés par 70 groupes dans 7 pays. Les dépenses de la première année s’élèvent à £6,040. Des groupes AI sont créés en Norvège, Suède, au Danemark, en Belgique, Grèce, Australie, Irlande et aux Etats-Unis. Lors d’une conférence en Belgique, tous les groupes décident de créer une organisation permanente qui sera connue sous le nom d’Amnesty International.

 1963 AI comprend 350 groupes. Sean MacBride, l’avocat des droits humains image 114 x 200irlandais, est élu président du Comité exécutif international nouvellement établi (CEI). Le Secrétariat international (Quartier général d’AI) est établi à Londres.

  1964 Peter Benenson, jusqu’à présent secrétaire du CEI, est nommé président d’AI

image 200 x 149 - 1965 AI soutient une résolution aux Nations unies qui prévoit la suspension et en fin de compte l’abolition de la peine capitale pour les crimes politiques commis en temps de paix. Le Conseil de l’Europe et l’ONU attribuent à AI un statut consultatif.

  1966 Peter Benenson abandonne son implication quotidienne dans le travail d’AI.
Erik Baker reprend la direction d’AI.

  1967 Il y a 550 groupes dans 18 pays. AI œuvre maintenant pour près de 2 000 Prisonniers dans 63 pays.

  1968 Martin Ennals est désigné comme Secrétaire général d’AI. La première Semaine internationale d’AI – Semaine du prisonnier d’opinion est instituée.

 1969 En janvier, l’Unesco attribue à AI un statut consultatif.
image 200 x 207 Le Cardinal Josef Beran, l’un des premiers prisonniers adoptés par Amnesty participe à une cérémonie après sa libération.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse