Une pétition, à quoi ça sert ?

Beaucoup de gens se demandent si les pétitions, et plus spécifiquement les pétitions en ligne sont efficaces. Voici quelques arguments en faveur de cet outil.

La pétition permet de porter une problématique à la connaissance de l’opinion publique, c’est un outil de plaidoyer politique, un moyen de mettre la pression sur les dirigeants et une aubaine pour ouvrir le débat avec ceux-ci. Cet instrument est efficace pour autant qu’il soit compris dans une stratégie globale de changement.

La pétition a plusieurs qualités possibles qui se combinent ou sont prises séparément.
D’abord, elles expriment l’opinion d’un nombre donné de personnes qui, de ce fait, disposent d’un certain moyen de pression sur la personne qu’ils ont élue et à qui la pétition est destinée.
Cette influence des citoyens vaut à tous les niveaux : local, national ou international. Il en va de la pétition signée par les habitants d’une commune destinée à son bourgmestre comme de centaines de milliers de cartes postales envoyées du monde entier pour exiger la libération d’un prisonnier. C’est un outil qui permet de rameuter du monde autour d’une problématique et de faire du bruit. Notre envergure et notre poids augmentent avec le nombre de signatures que nous récoltons.
La pétition montre la capacité de "nuisance" qu’auraient ses initiateurs.

Et la pétition en ligne, sur Internet ?

Cela fait longtemps que la pétition existe, me ?me si, aujourd’hui, c’est sous sa forme 2.0. Il est vrai que nous sommes toujours étonnés de voir que l’on peut récolter 8 000 à 12 000 signatures en cinq jours...
Ce qui était beaucoup plus compliqué auparavant puisqu’il fallait aller dans la rue, parler avec des gens, les convaincre de signer.
Ici, tout va beaucoup plus vite mais c’est un procédé qui est relativement proche du principe citoyen et démocratique suivant : je suis élu par des gens et s’ils m’interpellent et sont en désaccord durant mon mandat, je risque de perdre leur voix.

Cela est vrai localement mais aussi sur la scène internationale. En étant le dirigeant de la Corée du Nord, peut-e ?tre qu’à un moment donné, j’aurai besoin de soutien et que j’aurai plus de mal à en trouver si ma re ?putation a e ?te ? construite autour de pe ?titions ou d’actions mene ?es a ? mon encontre.e.

Un cadre plus général

Cela étant dit, la pétition est un outil qui doit s’inscrire dans une stratégie générale d’actions.

Elle n’a pas de sens si on ne la recadre pas dans un processus plus global de changement. Elle arrive à un moment donné où l’on pense qu’elle est, stratégiquement, efficace et elle est alors accompagnée de toute une série de mesures.

Celles prises en amont : il s’agit de faire connaitre la cause que sert la pétition afin que le potentiel signataire soit informé, comprenne l’intérêt d’une telle action et y réagisse.
Et en aval : l’usage qui en est fait. Dans un certain nombre de cas, il s’agira de simplement envoyer l’ensemble des signatures à la personne concernée Souvent, il s’agit de les remettre de façon visible. Le document imprimé est important. Il est une trace tangible et non pas un fichier vite effacé.

Les pétitions en ligne sont-elles aussi valables que les pétitions papier ?

La question est moins de savoir comment on récolte des signatures que ce que l’on en fait une fois que la pétition a été signée. Il faut se servir de ces signatures comme d’une aubaine pour mettre une problématique sur la table des dirigeants, ouvrir le débat et remettre, dans notre cas, le rapport sur lequel la pétition se base.

Elle est donc un instrument de plaidoyer politique et un moyen de montrer une capacité de pression - directement sur les dirigeants comme sur des acteurs tiers qui peuvent faire pression sur les gouvernements eux-mêmes.

Imaginons que nous lancions une pétition sur l’armement par la Région wallonne de l’Arabie saoudite et qu’elle est signée par 100 000 personnes dans l’Union européenne, les sections qui organisent les signatures dans leur pays iraient en parler à leur ministre des Affaires étrangères, lesquels en parleraient dans les enceintes internationales, faisant écho auprès du ministre-Président wallon de la position de leurs citoyens.

Enfin, la pétition est un moyen de porter une problématique à la connaissance de l’opinion publique (personne ne connaissait Aung San Suu Kyi, en Europe, avant la campagne de soutien). Des prisonniers que nous avons aidés à faire libérer nous ont fait part de l’importance des signatures. Les instruments de pression sont pluriels mais la pétition est révélatrice de la représentativité de notre proposition dans l’opinion publique.

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.