Les comptes en 2001

2.001 marque un tournant positif dans l’histoire de nos comptes. En effet, les montants affectés à la recherche sont en nette augmentation et représentent désormais plus du quart de notre budget annuel. Nous avons, grâce à une gestion prudente, dégagé des ressources nous permettant de pourvoir aux nouveaux axes de développement du mouvement, dont le travail s’articule désormais également sur la défense de personnes subissant des discriminations en matière de droits sociaux et économiques. Notre effort pour renforcer la recherche au niveau international se poursuit aussi concrètement grâce à la cellule recherche sur les Grands Lacs installée au sein même de notre structure. Nous voulons renforcer cette structure en cette année 2002 grâce à un programme de formations destiné essentiellement aux membres de nos groupes qui ont en charge le dossier de victimes ou aux personnes qui suivent plus particulièrement l’actualité pays par pays. Le nombre croissant de nos membres - quelque 25.000 en décembre 2001 - et par incidence, leurs contributions, nous permettent d’établir à la fois à une diversification de nos actions mais aussi l’approfondissement de celles-ci. Désormais, il nous sera possible de mener des campagnes permanentes notamment sur la torture, sur les discriminations … et d’atteindre des objectifs programmés dans le temps. En 2001 encore, deux membres de notre personnel se sont rendus en mission, l’un en République Démocratique Congolaise, l’autre en Israël et dans les Territoires occupés. Suite aux événements survenus le 11 septembre, d’importantes actions de sensibilisation ont été menées par le secteur jeunesse dans les écoles afin de nourrir les débats et dépassionner le climat du moment. Comme toujours les victimes des droits humains étaient au centre de nos préoccupations ; nous avons d’ailleurs pu accueillir en Belgique, Mme Jeanine Bouchez, l’une des personnes pour laquelle nous vous avions demandé d’intervenir . Elle bénéficie désormais du statut de réfugiée politique. Au nombre des visites et des tournées effectuées grâce au travail du programme femme, celle de l’avocate Me Radhia Nasraoui qui lors de son passage a pu rencontrer des hommes politiques et la presse pour dénoncer les nombreuses exactions en Tunisie. Comme toujours, nous vous devons aussi les libérations de centaines de nos partenaires dont nous nous sommes faits l’écho pour certains dans vos "Amnesty en Action"… Tout cela rendu possible grâce à votre indéfectible soutien. Merci une fois encore de votre générosité.

Charges : 2.618.526 euros

* Recherche : 27,62% ---- 723.107,05
Le montant est directement versé à Londres, notre centre nerveux. Une équipe de 300 personnes y travaille en connexion directe avec les pays et personnes pour lesquels Amnesty intervient.

* Actions : 35,10 % ---- 918.996,82
Ce département se subdivise en plusieurs secteurs d’activités :

- Communication : (16,19%) ---- 424.033,64
Ce poste comprend diverses revues d’information et outils audio-visuels à destination du public, des jeunes et de nos membres : "Libertés" !", journaux de liaison des réseaux, matériel d’animation,... . Ce secteur est aussi à l’initiative des conférences de presse à destination des media.

- Campagnes et actions : (9,73%) ---- 254.795,79
En 2001, la campagne mondiale contre la Torture et la lutte contre l’impunité se sont poursuivies. Le 40 ème anniversaire de l’existence d’Amnesty International fut aussi l’occasion de faire le point sur les avancées sensibles en matière de droits humains, tandis que la présidence de l’Union européenne par la Belgique, nous permettait de poser des balises plus pointues en matière de politique d’accueil des réfugiés Des publics aussi divers que les hommes politiques, les instances internationales, les journalistes, les sympathisants d’Amnesty, les jeunes en milieu scolaire, … sont touchés par ces campagnes et de nombreuses initiatives particulières y voient le jour.

- Groupes locaux : (7.29%) ---- 190.761,79
ils prennent en charge les dossiers d’adoption de prisonniers et promeuvent des actions locales d’information et de sensibilisation aux droits humains.

- Aides directes : (1,89%) ---- 49.405,59
Il s’agit d’une part de venir en aide aux victimes et d’autre part de prévenir des situations dramatiques, notamment par un soutien aux défenseurs locaux des droits humains.

* Donateurs et membres : 16,02 % ---- 419.403,51
Un trimestriel vous informe régulièrement de nos campagnes en cours, des actions et des cas dont nous nous occupons. Par ailleurs, nous avons engagé plus de 50 personnes à raison d’un mois chacune pour aller à la rencontre du public — une méthode de dialogue direct en quelque sorte — qui a permis à quelque 7.000 nouveaux membres de nous rejoindre.

* Matériel de promotion : 12,85% ---- 336.371,95
Ces dépenses financent également nos publications (rapport annuel et pays) ainsi que les bougies et les objets vendus au profit d’Amnesty International. Nous avons accru le réseau des ventes grâce à du personnel rémunéré qui coordonnait la vente de nouveaux bénévoles sur Bruxelles et Wallonie.

* Administration : 8,43% ---- 220.646,67
frais de courrier, de téléphone, équipements, amortissements ...

Produits : 2.618.526 euros

* Action et communication  : 0.79 % ----20.714

* cotisations de membres 13.06% 341.879

* Bougies et produits divers 19,09% 499.906

* Collecte de Fonds 48,97% 1.282.303

* Subsides 16,97 % 444.268

* Divers 1,12 % 29.445

Subsides : une partie est en réalité composée de financements d’emplois dans le cadre de programmes de résorption de chômage (FBI, ACS ...), l’emploi d’ALE, ou la subsidiation par un partenaire privé d’un poste de travail à mi-temps pour le secteur femmes

PS : Les frais par postes représentés ici incluent les frais de personnel affectés à ces postes. Si vous le souhaitez, vous pouvez en prendre connaissance sur simple demande. Nos comptes ont également fait l’objet d’un contrôle par le commissaire aux comptes, élu par notre assemblée générale, et indépendant du Conseil d’Administration..

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse