2012 - Nous sommes étrangers, nous n’avons pas de droits

La situation des demandeurs d’asile, des réfugiés et des migrants en Libye ne s’améliore pas. Dans un environnement xénophobe et marqué par un certain niveau d’impunité, ils tentent d’échapper à l’exploitation forcée et aux différents abus qu’ils subissent quotidiennement. L’incertitude et la violence caractérisent ce calvaire qui n’épargne personne. Les femmes comme les hommes se font exploiter, et le travail forcé les touche tous.

De plus, l’État libyen ne distingue pas les différents statuts ; qu’ils soient migrants, demandeurs d’asile ou réfugiés, ils font tous face aux mêmes inégalités. L’arbitraire et l’incertitude marquent leur quotidien.

Lire le rapport (en français) :

PDF - 366.4 ko

Documents joints

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.