Les conséquences sur la famille

Si on ne soigne pas la violence conjugale, les choses vont continuer à s’empirer. Tôt ou tard, vous serez à nouveau violent... et encore... et encore...

Vous vous êtes peut-être rendu compte que votre violence connaît des cycles ; votre conjointe sait sans doute les reconnaître. Après des incidents violents, il vous arrive d’acheter des fleurs ou des cadeaux pour votre femme, vous lui écrivez des lettres, vous lui promettez que cela ne se reproduira plus. Vous promettez que vous allez changer. Et puis, la violence arrive à nouveau, et un autre cycle recommence.

N’oubliez pas que la violence conjugale est un délit. Si la police a été prévenue, un agent va venir et interviewer votre femme. Même si celle-ci ne veut pas porter plainte contre vous, la police peut quand même vous poursuivre si elle estime qu’elle a assez de preuve. Même si les choses ne vont pas plus loin, un rapport sera quand même réalisé, et pourra être utilisé une autre fois.

Pensez un instant à ce que cela signifierait pour vous d’être arrêté et/ou inculpé. Ca vous ferait quoi de vous retrouver devant un tribunal ? De vous voir condamner pour violences ?

DES CONSEQUENCES SUR TOUTE LA FAMILLE

Vous pensez peut-être que la violence conjugale ne concerne que deux personnes, vous et votre conjoint. Mais elle a un impact sur toute votre famille, et en particulier vos enfants.

Certaines personnes pensent que les enfants ne se sentent pas concernés par les violences qui se déroulent à la maison, qu’ils oublient vite ce qu’ils ont vu : maman qui se fait frapper, papa et maman se disputant en criant fort,...

Les enfants n’oublient jamais ! Ils souffrent énormément lorsqu’ils sont confrontés à la violence. Certains enfants, en particulier les plus âgés, essayent parfois d’intervenir pour protéger leur maman et tentent d’empêcher le partenaire violent de frapper son conjoint. D’autres s’enferment dans le silence... Les enfants ont tendance à comprendre le monde à la façon dont ils vivent dans leur famille. Ils pensent parfois qu’ils sont responsables de la violence, qu’ils en sont la cause. Ils risquent de se sentir coupables, et sont perturbés : ils aiment leur père, mais ils n’aiment pas quand il est violent.

Observez les changements dans le comportement de vos enfants

Avez-vous constaté les changements suivant dans le comportement de vos enfants ?

 plus grand anxiété
 un comportement et une attitude plus renfermés, plus nerveux
 un manque d’intérêt pour ce qui se passe autour d’eux, moins d’activités sociales, de moins bons résultats à l’école
 pipi au lit
 agitation inhabituelle
 problèmes psychosomatiques (maux de tête, crampes d’estomac, asthme, bégaiement,...)
 cruauté envers les animaux
 langage et comportement particulièrement agressifs dans les jeux
 fugues, même brèves

Les jeunes enfants apprennent en observant, notamment la façon dont les adultes résolvent leurs problèmes. Si les parents résolvent leurs conflits en criant et en s’injuriant, il y a de fortes chances pour que leurs enfants pensent que c’est ainsi qu’il faut faire quand on a des problèmes. Si les enfants sont punis par des claques ou des coups, ou s’ils voient leur mère subir le même genre de traitement, c’est cela qu’ils retiendront, et ils penseront que c’est la bonne manière de se comporter.

Les modèles de violence et d’abus ont souvent été appris dès la plus tendre enfance, et tendent à devenir des comportements pour la vie. Lorsque l’enfant grandit, et qu’il entame des relations avec d’autres, il reproduit souvent les manières de se comporter qu’on lui a apprises. C’est ainsi que les comportements violents se transmettent de génération en génération.

En assumant vos responsabilités, et en soignant votre comportement violent, vous pouvez rompre cette chaîne de la violence, et offrir un avenir différent à vos enfants.
N’oubliez pas que les enfants ont parfois très difficile à dire aux adultes ce qu’ils ressentent, soit parce qu’ils ont peur, ou parce qu’ils ne savent pas trouver les bons mots pour exprimer ce qu’ils ressentent.

Ils n’ont aucun moyen de stopper la violence, et n’ont pas d’autre choix que de vivre avec elle, tant qu’un des adultes ne se décide à partir ou à changer de comportement.

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.