Définition

Qu’est ce que le droit à la liberté d’expression ? C’est avant tout un droit de l’homme inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948.

Article 19 : “Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre sans considérations de frontières les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit”

La liberté d’expression s’accompagne donc de la liberté d’opinion et de la liberté d’information. Il nous paraît logique que les trois droits soient liés. Comment pouvoir s’exprimer si nous n’avons pas le droit d¹avoir une opinion et comment avoir une opinion sans avoir de l’information ? Le droit à l’opinion et le droit à l¹information sont donc deux préalables indispensables à la liberté d¹expression. Pourtant, dans de nombreux pays, ces deux droits (opinion et information) ne sont pas accessibles à une grande partie des citoyens.

LA LIBERTÉ D’OPINION

Une opinion est un jugement émis par une personne sur un sujet donné.
Dans une société démocratique, toute personne est libre de penser ce qu’elle veut même si ses opinions sont différentes de celles de la majorité. Toute personne a donc le droit de choisir librement sa religion ou son refus de religion, son partenaire sexuel, ses opinions politiques... et le pouvoir n’a pas le droit de juger les citoyens en fonction de ces choix.
Le principe de la liberté d’opinion est apparu pour la première fois lors de la Révolution française dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Dans l’article 10 de cette déclaration, on affirme que chacun a le droit de manifester ses opinions tant que cela ne trouble pas l’ordre public.
Les États sont obligés d’accorder à chaque personne la liberté d’opinion absolue, sans exception ni distinction. Pourtant, il y a encore beaucoup d’États qui ne respectent pas cette liberté et emprisonnent des personnes pour leurs idées.

On ne peut chiffrer le nombre exact de prisonniers d’opinion dans le monde, mais il suffit de lire les rapports d’Amnesty pour savoir que beaucoup de personnes sont encore emprisonnées pour le simple fait de s’être exprimées. Amnesty appelle prisonnier d’opinion une personne qui est emprisonnée pour avoir exprimé une opinion sans avoir incité à la violence ou utilisé de violence.

LE DROIT À L’INFORMATION

La libre circulation des idées est au cœur même de la démocratie. L’accès à
l’information aide les citoyens à participer plus efficacement à la vie politique
de la société. Bien informés, ils peuvent prendre des décisions en toute connaissance de cause et opérer de meilleurs choix politiques et privés.
Plusieurs principes clés font partie de ce droit :

 LE DROIT DE SAVOIR
Le droit de savoir naît de l’idée maîtresse que les gouvernements sont censés travailler pour leurs concitoyens et ont par conséquent des comptes à leur rendre. La transparence doit être une règle et le secret une exception. Chaque citoyen doit avoir le droit de se renseigner auprès des organes publics. Sans des cas exceptionnels, seulement lorsqu’il s’agit de la sécurité de l’État par exemple, ceux-ci ont le droit de refuser de donner certaines informations. La transparence est indispensable pour éviter des situations de corruption et préserver les droits et la dignité des gens.

 LE DROIT DE RECEVOIR DES INFORMATIONS
Pour pouvoir exercer le droit de recevoir des informations, il y a évidemment
des conditions à respecter. Par exemple, garantir le droit à l’éducation : si un jeune n’apprend pas à lire, il va avoir des difficultés à accéder à l’information et, par conséquent, il n’aura pas la possibilité de revendiquer ses droits.

 LE DROIT DE DIFFUSER DES INFORMATIONS
Ce droit qui permet de pouvoir communiquer des informations et des idées librement est essentiel dans toute démocratie. Des élections libres sont impossibles sans la liberté de diffusion. Il comprend également la liberté de critiquer le gouvernement sans être poursuivi en justice. Mais ce droit, comme celui de la liberté d’expression en général, est soumis à des limites.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse