La torture dans le monde en 2014

Vous pouvez télécharger l’intégralité de notre rapport 2014 sur la Torture dans le monde en cliquant ICI

Il est impossible de réaliser une évaluation statistique exhaustive et rigoureuse de l’étendue de la torture dans le monde. En effet, cette pratique se déroule dans l’ombre. Elle est un crime international, une source d’embarras politique et diplomatique et une violation que presque tous les gouvernements s’accordent à dénoncer et à condamner dans leurs discours, à défaut d’agir de façon concertée pour la combattre. Les gouvernements consacrent souvent plus d’énergie à nier ou à dissimuler l’existence de la torture qu’à mener des enquêtes efficaces et transparentes sur les accusations de tels actes, et à en poursuivre les auteurs.

Parallèlement, dans beaucoup de pays, les cas de torture sont probablement loin d’être tous signalés. De nombreuses victimes sont par exemple des suspects de droit commun, qui sont souvent moins en mesure de se plaindre ou qui ont tendance à ne pas être écoutés ou entendus quand ils le font. Beaucoup d’autres n’ont pas la possibilité de signaler les actes de torture ou ont trop peur pour le faire, ou encore pensent que cela ne servira à rien.

Il n’existe pas de statistiques fiables par pays. Il est impossible de dire combien de personnes ont été torturées au cours du siècle passé, de la dernière décennie ou de l’année qui vient de s’écouler. Toutes les statistiques sur la torture – qu’elles portent sur le nombre de pays concernés, ou sur une augmentation ou une diminution des actes signalés dans tel ou tel pays – doivent être prises avec prudence.

Cependant, les éléments recueillis par Amnesty International et les recherches mondiales qu’elle a menées, confortés par ses plus de 50 ans d’expérience de la collecte de données et du travail de campagne contre cette violation des droits humains, montrent que, 30 ans après l’adoption de la Convention des Nations unies, la torture prospère.
Au cours de ces cinq dernières années, Amnesty International a signalé des cas de torture et d’autres mauvais traitements dans au moins les trois quarts des pays du monde. Dans certains de ces pays, il s’agit uniquement d’actes isolés mais, dans la plupart d’entre eux, la torture reste monnaie courante.

Entre janvier 2009 et mai 2013, Amnesty International a reçu des informations faisant état de torture ou d’autres mauvais traitements commis par des agents de l’État dans 141 pays, dans toutes les parties du globe. Ce chiffre ne concerne que les cas dont l’organisation a eu connaissance, et ne reflète donc pas nécessairement la véritable étendue de cette pratique dans le monde. Ces statistiques péchant par excès de prudence, il est probable que la torture et les autres mauvais traitements soient en réalité bien plus répandus.

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.