Signez pour protéger les activistes climatiques

Défendre l’environnement : une évidence mais aussi une lutte de tous les dangers

Le mouvement militant lié à la crise climatique est monté en puissance à travers le monde ces derniers mois. Nous sommes de plus en plus nombreux à avoir pris conscience de l’importance de s’engager pour la protection de notre environnement et la survie de nos droits les plus fondamentaux tels que l’accès à l’eau, à la nourriture et à un environnement sain.

Cependant, il est un fait qui reste relativement méconnu à ce sujet : les personnes qui sont en première ligne de ces combats, les défenseur·e·s de la terre et de l’environnement. Elles encourent les plus graves dangers lorsqu’elles veulent protéger leurs lieux de vie et leurs communautés.

Que risquent ces défenseur-es de l’environnement ? Qui les menacent ? Et pourquoi sont-ils si indispensables ? En savoir plus.

JPEG - 57.7 ko
Les défenseurs de l’environnement dans la ligne de mire

Portrait de 5 défenseur-es de l’environnement

JPEG - 60.9 ko
Honduras la défenseure de l’environnement Berta Cáceres

Au Honduras, le meurtre de Berta Cáceres

Berta Cáceres, 43 ans, assassinée le 2 mars 2016 à son domicile dans la province d’Intibucá, à l’ouest du Honduras. Elle a fondé le Conseil civique d’organisations populaires et autochtones du Honduras (COPINH) en 1993 qui a notamment milité entre 2013 et 2015 contre un projet de barrage hydroélectrique menaçant sa communauté, le peuple lenca.

Le 6 avril dernier, le procès contre David Castillo, la seule personne accusée d’avoir commandité le meurtre de Berta Cáceres, a débuté au Honduras. Le 8 avril 2021, selon le COPINH, le procès a été suspendu suite à une action de la défense de David Castillo contre le tribunal. Le 13 avril 2021, le pouvoir judiciaire a informé que la Cour d’appel avait jugé la requête en récusation non recevable, et que le procès devait donc se poursuivre. Selon COPINH, la cour n’a pas encore fixé de date pour la reprise du procès.

Aux Philippines, le combat de Marinel Sumook Ubaldo

Marinel Sumook Ubaldo, 22 ans, mène un combat sans répit en faveur de l’environnement depuis que le typhon Yolonda a ravagé l’île de Samar, aux Philippines, en novembre 2013. Cinq ans après, 40% des logements n’ont toujours pas été reconstruits. Elle se bat contre l’inaction du gouvernement, qui abandonne les victimes de la catastrophe climatique à elles-mêmes, les forçant à vivre dans des conditions insalubres. Les Philippines est le pays le plus dangereux au monde pour les défenseur·e·s de l’environnement avec 30 meurtres en 2018.

JPEG - 86.9 ko
Philippines la défenseure de l’environnement Marinel Sumook Ubald
JPEG - 34.8 ko
Mexique le défenseur de l’environnement Julián Carillo

Au Mexique, le défenseur martyr Julián Carillo

Julián Carillo, assassiné le 24 octobre 2018 par des hommes armés non identifiés. Il défendait avec ferveur la terre et le territoire du peuple indigène Rarámuri au Coloradas de la Virgen, au Mexique, contre l’exploitation illégale des forêts, des mines et des cultures de drogue dans son territoire ancestral. Cinq autres membres de sa famille, dont son fils, ont également été tués.

Après plus de deux ans, deux personnes ont été condamnées pour le meurtre du défenseur Julián Carrillo. C’est un grand pas en avant dans la quête de sa famille pour la #JusticePourJulián et pour la défense de l’environnement au #Mexique. Merci d’avoir agi !

En Afrique du sud, Sikhosiphi Rhadebe et son combat contre l’extraction minière

Sikhosiphi Rhadebe, abattu le 22 mars 2016 par deux hommes, face à son domicile de Lurholweni, dans la province du Cap-Est en Afrique du Sud. Il était engagé en faveur des droits humains et de l’environnement et se battait contre un projet d’extraction minière de grande ampleur. Les responsables de ce crime demeurent impunis et l’investigation est au point mort.

JPEG - 96.4 ko
En Afrique du Sud le défenseur de l’environnement Sikhosiphi Rhadebe
JPEG - 92.6 ko
Russie le défenseur de l’environnement Andrei Rudomakha

En Russie, le courageux défenseur de l’environnement Andrei Rudomakha,

Andrei Rudomakha, brutalement attaqué par trois hommes masqués en décembre 2017 à Krasnodar dans le sud-ouest de la Russie. Il fait partie de l’ONG Environmental Watch for the North Caucasus (EWNC) et rentrait d’une mission d’enquête concernant des constructions illégales dans une forêt protégée. L’agression a été filmée par des caméras de surveillance mais malgré cela, les auteurs n’ont pas été poursuivis et l’enquête a été interrompue plusieurs fois.

Nous faisons toutes et tous face aux incertitudes et à l’anxiété de cette période du mieux que nous le pouvons.
Le Covid-19 a mis en lumière les inégalités qui façonnent aujourd’hui notre monde.
Notre meilleur investissement pour l’avenir, ce sont les droits humains.
Et aujourd’hui, nous avons plus que jamais besoin de vous, de vos dons et de votre générosité pour garder le cap.

Faites un don

Toutes les infos
Toutes les actions
2022 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit