Yemen mustn’t be forgotten : action devant l’ambassade de l’Arabie saoudite à Bruxelles

Le 25 mars prochain, cela fera deux ans que les premières bombes de la coalition menée par l’Arabie Saoudite ont été larguées sur le Yémen, petit pays de la péninsule arabique en guerre civile depuis 2014.

2 ans pendant lesquels des frappes aériennes imputables à la coalition dirigée par l’Arabie saoudite auraient violé le droit international humanitaire. Ces frappes ont fait 494 morts, dont au moins 148 enfants, et 359 blessés parmi la population civile.

Ces attaques ont pour certaines été commises sans discernement et d’autres semblent avoir délibérément visé des infrastructures fréquentées par des civils, ce qui en ferait des crimes de guerre. Des écoles, des hôpitaux mais aussi des marchés ont ainsi été détruits.

L’intervention de cette coalition a déclenché un véritable conflit armé dans lequel toutes les parties ont commis de nombreuses atteintes au droit international humanitaire et relatif aux droits humains.

La population civile est la première victime de la guerre menée au Yémen. De manière générale, ce conflit a fait 7 400 morts dont 1 400 enfants ainsi que 40 000 blessés selon les chiffres de l’ONU.

Venez manifester solennellement avec nous face à l’ambassade de l’Arabie saoudite à Bruxelles ce jeudi 23 mars, de 17:30 à 18:15. Nous recréerons un cimetière et demanderons silencieusement à l’Arabie saoudite de cesser ses frappes sur le Yémen. Si vous le pouvez, habillez-vous en noir.

Nous vous attendons nombreux et nombreuses !

INFOS PRATIQUES

Quoi : une action silencieuse et solennelle devant l’ambassade de l’Arabie saoudite à l’occasion du 2e anniversaire des premiers bombardements de la coalition menée par l’Arabie saoudite. Habillez-vous en noir si vous le pouvez.
Quand : le jeudi 23 mars, de 17:30 à 18:15.
 : Devant l’ambassade de l’Arabie saoudite, Avenue Roosevelt 45 - 1050 Ixelles.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

L’UE doit soutenir les défenseurs des droits humains

Enjoignez Federica Mogherini à demander la libération des défenseurs des droits humains en Turquie