Les gardiens accusés alors que de nombreux détenus auraient été abattus dans une prison égyptienne

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

21 février 2011

On craint que les gardiens d¹une prison égyptienne n¹aient abattu depuis les
miradors de nombreux prisonniers et un visiteur dans le cadre des émeutes
qui se poursuivent dans cet établissement pénitentiaire proche du Caire.

Des détenus de la prison d’al Qatta al Gadeed ont fourni à Amnesty
International les noms de 43 prisonniers qui, selon eux, ont été tués dans
l¹enceinte de la prison.

Le corps d¹un homme transféré dans une morgue du Caire et identifié comme « 
venant d¹al Qatta » samedi 19 février, pourrait être celui d¹un proche qui
rendait visite à un détenu et a été abattu lorsque des tirs ont éclaté il y
a une semaine, selon des sources émanant de la prison et de la morgue.

En outre, 81 prisonniers ont été blessés depuis qu¹une émeute a éclaté à la
prison le 29 janvier, selon les avocats qui représentent les familles des
détenus. Un membre des forces de sécurité aurait également trouvé la mort.

« Les autorités doivent cesser de recourir à la force meurtrière contre les
détenus et autoriser tous les blessés à recevoir des soins immédiatement
, a
indiqué Malcolm Smart, directeur du programme Afrique du Nord et
Moyen-Orient d¹Amnesty International.


« Il convient de diligenter sans délai une enquête indépendante sur les
émeutes qui secouent la prison afin d¹établir les circonstances dans
lesquelles les gardiens ont fait usage de la force meurtrière. »

Les corps de certains détenus comptaient parmi les 115 cadavres conduits
depuis au moins quatre prisons à la morgue de Zenhom, dans la capitale
égyptienne. Ils présentaient pour la plupart des blessures par balle à la
tête, à la nuque et à la poitrine, selon un médecin légiste qui a préféré
garder l¹anonymat.

Plusieurs proches auxquels on a restitué les corps de détenus ont eux aussi
déclaré qu¹ils présentaient des blessures par balles similaires, ce qui
donne à penser qu¹elles résultent de tirs isolés.

Des prisonniers avaient demandé à être remis en liberté après avoir entendu
dire que d¹autres détenus avaient été libérés en Égypte au lendemain des
manifestations qui ont ébranlé le pays, et ont finalement conduit à la
démission du président Hosni Moubarak.

Les autorités pénitentiaires ayant refusé, une émeute a éclaté le 29
janvier.

Les membres du personnel civil et de sécurité gérant la prison sous
l¹autorité du ministère de l¹Intérieur ont quitté leur poste peu après le
début des émeutes, selon les prisonniers et leurs familles.

On craint maintenant que des centaines de prisonniers d¹al Qatta al Gadeed
ne soient en danger, aux mains des gardiens qui auraient fait usage d¹armes
à feu et de gaz lacrymogènes contre eux.

Selon les prisonniers et leurs familles, des dizaines de prisonniers blessés
reçoivent des soins rudimentaires de la part de codétenus, les autorités ne
prodiguant pas de soins médicaux professionnels.

Un pharmacien incarcéré à la prison, où la plupart des détenus purgeraient
des peines pour des infractions pénales, a affirmé : « Je suis pharmacien,
pas médecin. Mais les prisonniers ont besoin d¹être soignés, alors je me
sers de tout ce que j¹ai sous la mainŠ J¹applique de la bétadine (une
solution antiseptique qui tue les bactéries) sur des bandes déchirées de
sous-vêtements pour panser les blessures des prisonniers parce qu¹il n¹y a
pas de bandages.


« D¹autres souffrent de diabète et ont besoin de piqûres d¹insuline, mais
les stocks de l¹infirmerie sont épuisés. D¹autres encore ont besoin de soins
urgents pour des problèmes au foie et aux reins. Je ne sais pas quoi faire
pour eux. »

Les deux derniers homicides ont eu lieu les 11 et 12 février.

Les prisonniers et leurs familles ont également signalé que les détenus se
voient refuser de la nourriture, de l¹eau et d¹autres biens de première
nécessité en quantité suffisante, et affirment que ces privations se sont
accentuées entre le 29 janvier, date du début de l¹émeute, et le 7 février,
lorsque des militaires ont lancé du pain, de la confiture et du fromage
par-dessus le mur de la prison.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées