SRI LANKA : En quête d’enfants soldats, les Tigres libérateurs de l’Eelam tamoul s’en prennent violemment aux familles

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les Tigres libérateurs de l’Eelam tamoul (LTTE) se montrent de plus en plus violents et menaçants à l’égard des familles des mineurs qu’ils veulent enrôler de force. Les parents de ceux-ci ayant tenté de leur résister ont été roués de coups de bâton ou ont vu leur maison incendiée.

« Le fait que les Tigres libérateurs de l’Eelam tamoul aient lancé une nouvelle vague de recrutement d’enfants est extrêmement alarmant, a déclaré Amnesty International. L’attentat suicide commis aujourd’hui à Colombo ne fait que renforcer notre inquiétude. Si le conflit armé devait reprendre, nul doute que ces mineurs seraient parmi les premiers à mourir. »

Selon des informations communiquées par l’UNICEF, 190 mineurs ont été ainsi recrutés depuis le début du mois d’avril 2004. Cela porte à 330 le nombre avéré d’enfants soldats enrôlés cette année.

Une grande partie de ces mineurs ont été kidnappés dans des lieux publics ou à leur domicile. Certaines des nouvelles recrues n’ont pas plus de quatorze ans.
Les LTTE cherchent également de plus en plus souvent à enrôler à nouveau d’anciens enfants soldats. En mai, quatre jeunes qui avaient quitté leurs rangs ont été enlevés au milieu de la nuit alors qu’ils se trouvaient chez eux. Leurs proches auraient été violemment agressés lorsqu’ils ont essayé d’intervenir.
Dans un autre cas, les LTTE ont mis feu à une maison et brisé la porte de neuf autres à Sinnathatumunai, dans l’est de Sri Lanka.

Dans la région de Vaharai, dans l’est du pays, les LTTE ont asséné des coups de bâton aux personnes qui tentaient de les empêcher d’emmener leurs enfants. Une femme a perdu connaissance après avoir reçu des coups, et une autre a été blessée au visage avec une lame. Toutes deux ont dû recevoir des soins médicaux.
« Les dirigeants des LTTE doivent enjoindre leurs lieutenants à cesser immédiatement ces violences et actes d’intimidation, a déclaré Amnesty International. Nous exhortons les LTTE à respecter leur engagement, pris par le passé, à mettre un terme au recrutement et à l’utilisation d’enfants soldats. Les mineurs faisant partie de leurs troupes doivent être renvoyés chez eux, sans avoir à craindre d’être recrutés une nouvelle fois. »

L’an dernier, plus de 1 200 mineurs ont été enrôlés comme soldats ; cependant, en juin 2003, les LTTE se sont engagés, dans le cadre d’un plan d’action pour les enfants touchés par la guerre à ne plus avoir recours aux enfants soldats.

Informations générales

Amnesty International est préoccupée par l’intensification des opérations de recrutement de mineurs par les Tigres libérateurs de l’Eelam tamoul, en particulier en raison de la fragilité du processus de paix. Le gouvernement norvégien a tenté de relancer les pourparlers de paix, interrompus en avril 2003, sans succès pour l’instant.

Plusieurs causes ont contribué à la dégradation des rapports entre le gouvernement du président Chandrika Bandaranaike Kumaratunga et les LTTE. L’une d’entre elles est le soutien apporté, selon les LTTE, par l’armée à un ancien dirigeant des LTTE, le colonel Karuna. À la suite de conflits internes, à la mi-avril, cet homme est entré dans la clandestinité, et des centaines de membres des LTTE qui lui étaient restés fidèles lui ont emboîté le pas. D’autres membres, dont de nombreux mineurs, sont alors rentrés chez eux. Ces derniers font partie des jeunes qui auraient fait l’objet d’un deuxième recrutement par les LTTE au cours des dernières semaines.
Les LTTE ont signé le plan d’action pour les enfants touchés par la guerre en juin 2003 avec le gouvernement sri-lankais, des agences des Nations unies et une organisation de réinsertion tamoule. ?

Index AI : ASA 37/002/2004

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.