Arabie saoudite, avancée pour les femmes et maintien des persécutions

L’Arabie saoudite doit donner suite aux réformes cruciales annoncées le 2 août concernant les droits des femmes en mettant fin à la persécution des défenseur·e·s des droits des femmes et en libérant immédiatement et sans condition les personnes actuellement détenues en raison de leurs activités militantes pacifiques, a déclaré Amnesty International.

Les journaux saoudiens ont annoncé des réformes de première importance concernant certaines lois, qui vont alléger de lourdes restrictions imposées aux femmes dans le cadre du système répressif de tutelle masculine. Ces réformes vont accorder aux femmes le droit d’obtenir un passeport qui devrait leur permettre de voyager sans avoir besoin d’obtenir la permission d’un tuteur masculin. Elles accordent également aux femmes les mêmes droits que les hommes concernant la direction du foyer et d’autres questions liées à la famille.

« Les réformes annoncées aujourd’hui sont très importantes, mais cette avancée pour les droits des femmes n’a que trop tardé. Ces changements attestent clairement de l’infatigable travail de campagne mené par les personnes militant pour les droits des femmes, qui se battent depuis plusieurs décennies contre une discrimination généralisée en Arabie saoudite », a déclaré Lynn Maalouf, directrice de la recherche sur le Moyen-Orient à Amnesty International.
 
Un grand nombre de ces personnes sont actuellement détenues, jugées ou soumises à une interdiction de voyager en raison de leurs activités militantes pacifiques. Plusieurs militantes des droits des femmes arrêtées lors d’une vague d’arrestations l’an dernier ont été soumises à la torture, à des violences sexuelles et à d’autres formes de mauvais traitements pendant les trois premiers mois de leur détention. Elles ont été maintenues au secret, et ainsi privées d’accès à un avocat et à leurs proches. »
 
Plusieurs de ces femmes font l’objet d’accusations liées à leur travail de défense des droits humains, étant notamment accusées d’avoir « promu les droits des femmes » et « appelé à mettre fin au système de tutelle masculine ». Trois d’entre elles, Loujain al Hathloul, Samar Badawi et Nassima al Sada, sont toujours en détention ; plusieurs autres femmes ont bénéficié d’une libération provisoire mais leur procès se poursuit.
 
Au moins 14 personnes qui ont soutenu le mouvement de défense des droits des femmes, y compris des hommes de la famille de défenseures des droits des femmes, sont aussi détenues sans inculpation depuis leur arrestation arbitraire, en avril 2019.
 
Parmi les personnes arrêtées figure Salah al Haidar, le fils d’Aziza Al Yousef, une militante des droits humains qui a bénéficié d’une libération provisoire après plus d’une année d’une terrible épreuve. Abdullah al Duhailan, journaliste, romancier et défenseur des droits des Palestiniens, et Fahad Abalkhail, qui a soutenu la campagne Women to Drive (pour le droit des femmes de conduire), ont également été appréhendés.
 
« Si l’Arabie saoudite veut montrer au monde qu’elle est réellement déterminée à améliorer la situation des droits des femmes, les autorités doivent abandonner toutes les charges retenues contre les défenseurs des droits des femmes, qui ont joué un rôle crucial, grâce à leur militantisme, en ce qui concerne ces réformes. Elles doivent libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues parce qu’elles ont défendu ces droits fondamentaux », a déclaré Lynn Maalouf.
 
Les femmes en Arabie saoudite sont soumises depuis plusieurs décennies à un système de tutelle masculine instauré par la loi, qui restreint leurs droits et les empêche de pouvoir voyager, travailler et étudier en toute indépendance ; elles dépendent ainsi des hommes de leur famille pour plusieurs aspects de leur vie.
 
Les modifications de la législation rendues publiques le 2 août permettent aux femmes âgées de plus de 21 ans d’obtenir un passeport, ce qui va considérablement les aider à pouvoir voyager sans qu’elles aient besoin d’obtenir la permission d’un tuteur. Elles accordent également aux femmes de droit de faire enregistrer un mariage, un divorce, une naissance et une mort, et d’obtenir des documents d’état civil. Mais les femmes vont continuer de devoir obtenir l’accord d’un tuteur pour pouvoir être libérées de prison ou pour quitter un foyer où elles se sont réfugiées pour échapper à des abus ou à des violences domestiques. Elles ont aussi toujours besoin d’obtenir d’un tuteur l’autorisation de se marier.

Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !