3 jeunes toujours emprisonnés pour une plaisanterie

Suite à la déclaration de M. Issa Tchiroma, ministre de la Communication du Cameroun, qui indiquait vendredi 2 décembre que les trois jeunes condamnés le 2 novembre dernier seraient libres, Alioune Tine, directeur régional d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre a déclaré :

« Plutôt que de nier, sur la base d’informations manifestement erronées, que Fomusoh Ivo Feh, Afuh Nivelle Nfor et Azah Levis Gob sont en détention pour avoir partagé un message de plaisanterie sur Boko Haram, nous invitons les autorités camerounaises à effectivement libérer immédiatement et sans condition ces prisonniers de conscience déclarés coupables de non-dénonciation d’actes terroristes et condamnés à 10 ans de prison. Leur libération ne serait que justice. »

« Nous leur avons rendu visite en compagnie de leurs parents et de leur avocat à la prison principale de Yaoundé le 21 novembre dernier. Nous avons la confirmation qu’ils n’ont été ni relaxés ni libérés. »

« Plus généralement, nous appelons les autorités camerounaises à faire la lumière sur l’ensemble des violations commises par les autorités et forces de sécurité dans le cadre de la lutte contre Boko Haram et notamment le cas des 130 personnes arrêtées dans les villages de Magdeme et Double le 27 décembre 2014 et dont les familles sont toujours sans nouvelle. »

Complément d’information

Réagissant vendredi 2 décembre à une déclaration du Secrétariat d’Etat américain, Issa Tchiroma, le ministre de la Communication du Cameroun, a déclaré, évoquant le cas de ces trois jeunes que :

« Les allégations relatives à des peines de dix ans de prison infligés à des jeunes pour avoir échangé des messages texte se référant à Boko Haram, sont infondées. En effet, l’instruction publique de cette affaire, en conformité avec la loi sur la répression du terrorisme, avait conduit à la relaxe de deux des trois mis en cause. Le dernier concerné, condamné à onze mois d’emprisonnement le 22 février 2016 pour propagation de fausses nouvelles, a été depuis lors remis en liberté. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse