AFGHANISTAN - Amnesty International condamne les homicides perpétrés récemment contre des civils dans le sud du pays

Index AI : ASA 11/002/2006

DÉCLARATION PUBLIQUE

Amnesty International condamne la série d’homicides commis récemment contre des civils dans le sud de l’Afghanistan, en particulier l’attentat-suicide perpétré le 16 janvier lors d’une manifestation sportive à Spin Boldak, dans la province de Kandahar. Selon les informations recueillies, au moins 22 personnes ont été tuées et 20 autres blessées lorsqu’un kamikaze à moto s’est fait exploser au milieu d’une foule qui venait d’assister à un combat de lutte.

Le même jour à Kandahar, l’explosion d’une bombe en bordure d’une route aurait tué trois civils. L’attentat, qui visait semble-t-il des membres de l’Armée nationale afghane (ANA), aurait fait également 10 blessés parmi la population civile. Le 15 janvier, un diplomate canadien et au moins trois civils avaient péri lors d’une attaque contre un convoi militaire canadien.

Une vingtaine d’attentats-suicides ont été recensés ces quatre derniers mois en Afghanistan. Ils ont entraîné la mort de très nombreux civils.

Ces attentats sont la marque d’un mépris absolu pour les principes fondamentaux d’humanité et constituent une violation des normes les plus élémentaires du droit humanitaire, considère Amnesty International. Rien ne peut justifier l’homicide délibéré de civils.

L’organisation reconnaît que de nombreux Afghans sont hostiles au maintien de la présence des forces de la coalition sous commandement américain ; elle est également consciente du fait que ces troupes ont commis de graves violations des droits humains, et notamment qu’elles ont tué des civils et torturé des prisonniers. Toutefois, de telles violations ne sauraient en aucun cas justifier de nouvelles atteintes aux droits humains, commises cette fois par des groupes armés comme les talibans.

Les groupes et les personnes qui commettent des attentats aveugles comme celui qui a été perpétré à Spin Boldak sont des criminels. Leurs actes viennent balayer tous les arguments qu’ils pourraient invoquer pour justifier la défense d’une cause légitime. Amnesty International demande au gouvernement afghan de prendre des mesures concrètes pour que ces crimes fassent l’objet d’une enquête et que les responsables présumés, y compris les personnes qui ont participé à la planification et l’organisation de ces attentats, soient traduits devant la justice, dans le respect des normes internationales d’équité.

Amnesty International demande aux groupes armés de mettre immédiatement un terme aux attaques contre la population civile et aux attentats aveugles ; l’organisation engage les responsables des communautés locales qui ont encore des contacts avec les chefs des groupes armés à dénoncer ces attentats et à affirmer haut et fort que les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité ne sauraient se justifier, en aucune circonstance.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées