Afghanistan. Les talibans mènent des attaques de plus en plus nombreuses et systématiques contre des civils

AMNESTY INTERNATIONAL
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ASA 11/002/2007

Alors que l’offensive de printemps des talibans gagne en intensité, les civils font face à de plus en plus d’attentats-suicides, d’enlèvements et de décapitations. Les attaques des talibans contre des civils, systématiques et généralisées, servent à instiller la peur et permettent aux talibans d’exercer un contrôle sur la population locale, selon un rapport d’Amnesty International rendu public ce jeudi 19 avril.


« Les civils afghans sont frappés de plein fouet par ce conflit. Ils sont pris dans les combats entre les talibans, les forces afghanes gouvernementales, les forces américaines et celles des autres pays de l’OTAN,
a déclaré Claudio Cordone, directeur général de recherche à Amnesty International.

« Mais les talibans prennent délibérément pour cibles des civils – ils tuent des enseignants, enlèvent des travailleurs humanitaires et brûlent des écoles. »

Le règlement militaire des talibans, la Laheya, cautionne de manière explicite la politique consistant à prendre pour cible et à tuer des civils. Selon la règle n° 25, un enseignant qui continue à donner des cours après avoir reçu un avertissement des talibans doit être battu et, s’il continue à enseigner « contrairement aux principes de l’islam » il doit être tué. De même, une fatwa ou édit religieux des talibans ordonne la mise à mort de quiconque soutient l’intervention menée par les États-Unis.

De très nombreux civils ont été tués délibérément par des insurgés talibans au cours des deux dernières années, de toute évidence après avoir été désignés comme « espions ». Parmi les personnes visées, on trouve des militantes des droits des femmes, des employés, des fonctionnaires et des membres des personnels de santé et de l’éducation. Au moins 183 écoles ont été incendiées volontairement dans tout le pays en 2005 et 2006.

Dans une affaire particulièrement brutale, un journaliste afghan a été tué la semaine dernière par les talibans. Il aurait eu la gorge tranchée. Ajmal Naqshbandi, vingt-cinq ans, avait été pris en otage en mars en même temps qu’un reporter italien, Daniele Mastrogiacomo et leur chauffeur afghan, Sayed Agha. Daniele Mastrogiacomo a été libéré lors d’un échange de prisonnier, mais Sayed Agha a été décapité.

En plus de leurs attaques délibérées contre des civils, les talibans ont tué ou blessé des centaines de personnes lors d’attentats aveugles. Au moins 756 civils ont été tués en 2006 dans des attentats perpétrés à l’aide d’engins explosifs improvisés tels que des bombes placées le long des routes et dans des attentats-suicides, selon les chiffres fournis par les Nations unies et par l’OTAN.

« En menant sans discrimination des attaques telles que des attentats-suicides dans des lieux publics et en prenant délibérément pour cible des travailleurs civils, les talibans commettent des crimes de guerre, a déclaré Claudio Cordone. Le fait que ces attaques soient généralisées et menées dans le cadre d’une politique décidée par les talibans en fait également des crimes contre l’humanité. »

L’attitude des talibans envers les civils est on ne peut plus éloignée de leurs obligations au regard du droit international. Un porte-parole des talibans répondant aux questions d’Amnesty International a déclaré qu’attaquer des civils « non armés » ne constituant pas une menace était « interdit ». Il a toutefois poursuivi en disant qu’il « n’y a[vait] aucune différence entre ceux qui sont armés et nous combattent et les civils qui coopèrent avec des étrangers ». Le règlement des talibans interdit de s’approprier l’argent ou les biens de civils, mais cautionne le fait de tuer des enseignants.

« Toutes les parties au conflit en cours en Afghanistan doivent veiller à ce que les civils soient protégés et à ce que tous les prisonniers soient traités humainement, comme le prescrit le droit international. Un premier pas pour les talibans serait d’arrêter de prendre délibérément pour cible des civils et de mettre un terme à tous les attentats aveugles », a déclaré Claudio Cordone.

Le rapport intitulé Afghanistan — All who are not friends, are enemies : Taleban abuses against civilians, ainsi qu’un résumé de ce rapport sont disponibles sur le site
http://web.amnesty.org/library/index/engasa110012007

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse