Afrique du Sud : La police doit éviter tout recours à la force lors des manifestations étudiantes

La police sud-africaine doit faire preuve de retenue et éviter d’utiliser la force contre les étudiants qui manifestent à l’université du Cap. La directrice d’Amnesty International Afrique du Sud, Shenilla Mohamed, a déclaré :

« Le droit des étudiants de se réunir pacifiquement doit être respecté et facilité. Si des violences surviennent, la police doit faire la distinction entre ceux qui se livrent à des actes violents et les autres, et permettre à ceux qui manifestent pacifiquement de continuer.

« La force doit être utilisée en dernier recours et réduite au strict minimum pour prévenir des pertes en vies humaines. Tout usage excessif ou injustifié de la force bafouerait le droit international.

« Les autorités sud-africaines doivent s’efforcer de résoudre rapidement cette question et garantir l’accès à une éducation de qualité pour tous. Si elles ne le font pas, les manifestations vont se poursuivre dans un avenir proche, perturbant l’enseignement, nuisant à sa qualité et à son accessibilité, et renforçant les inégalités.

« Cela risque de freiner encore l’avancée de l’Afrique du Sud quant à la réalisation des objectifs de réduction de la pauvreté inscrits dans son Plan de développement national et dans les Objectifs de développement durable de l’ONU, en particulier les objectifs concernant l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et la promotion des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie, et la réduction des inégalités. »

Complément d’information

2017 marque la troisième année des manifestations reprenant le hashtag #FeesMustFall en Afrique du Sud.

La commission d’enquête sur l’éducation et la formation supérieures, mise sur pied après que les premières manifestations ont éclaté en 2015, a été chargée de réfléchir à la faisabilité d’un enseignement gratuit.

Dans son rapport, divulgué aux médias et publié le 29 octobre 2017, elle concluait que l’enseignement supérieur gratuit n’était pas faisable dans un avenir proche, et que différents modèles de financement devaient être adoptés pour garantir l’accès de tous les étudiants méritants, ce qui a généré de nouvelles manifestations cette semaine.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.