Communiqué de presse

Ahmed Mansoor reçoit le Prix Martin Ennals 2015

Ahmed Mansoor a été choisie par le Jury du Prix Martin Ennals, composé de dix organisations non gouvernementales actives dans le domaine des droits humains. Cette décision récompense des personnes qui ont montré un engagement important et qui font face à un risque personnel sérieux. Décerné le mardi 6 octobre 2015 à 18h à Uni-Dufour dans le cadre de la 3ème Semaine des droits humains, ce Prix, activement soutenu par la Ville de Genève, vise à mettre en lumière le travail d’hommes et de femmes engagées et à les protéger grâce à une visibilité accrue.

Ahmed Mansoor (Émirats arabes unis)

Depuis 2006, il se concentre sur des initiatives touchant à la liberté d’expression et aux droits civils et politiques. En 2006 et 2007, il a notamment mené une campagne fructueuse en soutien à deux personnes emprisonnées pour avoir formulé des critiques sur la situation sociale aux Émirats arabes unis. Cette campagne a abouti à la libération de ces deux personnes et à la levée des charges qui pesaient contre elles. Peu après, le Premier ministre a donné l’ordre de ne pas enfermer les journalistes en raison de leur travail. Ahmed Mansoor est l’une des rares voix aux Émirats arabes unis qui s’élève pour fournir une évaluation crédible et indépendante des développements relatifs aux droits humains. Il fait régulièrement part de ses préoccupations concernant les détentions arbitraires, la torture, le non-respect des standards internationaux pour des procès équitables, le manque d’indépendance de la justice, et la violation du droit international par des lois nationales. Il a été intimidé et harcelé à de nombreuses reprises et a été emprisonné en 2011 après avoir été reconnu coupable d’avoir « insulté les autorités ». Il a ainsi été condamné à une peine d’emprisonnement de trois ans bien qu’il a été libéré après huit mois.

Depuis lors, il est privé de passeport et une interdiction de voyager a été prononcée contre lui. Le Jury du Prix Martin Ennals a publiquement demandé au gouvernement des Emirats arabes unis de lever cette interdiction et de lui permettre de voyager à nouveau.

Micheline Calmy-Rey, Présidente de la Fondation Martin Ennals commente : “Ahmed Mansoor continue à payer le prix de son engagement pour les droits humains dans son pays. Nous demandons à son gouvernement de lever l’interdiction de voyager prononcée contre lui.”

Les deux autres finalistes ont reçu des récompense Martin Ennals.

Robert Sann Aung (Myanmar)

Depuis 1974, Robert Sann Aung lutte courageusement contre les violations des droits humains. Il a été emprisoné à maintes reprises dans des conditions difficiles, a été physiquement attaqué ainsi que régulièrement menacé. Il a été radié du barreau de 1993 à 2012. Il représente actuellement des étudiant-e-s emprisionné-e-s pour avoir manifesté pacifiquement.

Asmaou Diallo (République de Guinée)

Son combat pour les droits humains a commencé suite aux événements du 28 septembre 2009 lors de l’attaque de manifestant-e-s pacifiques par l’armée guinéenne. Elle a fondé l’Association des Parents et Amis des Victimes du 28 septembre 2009 (APIVA) qui vient en aide aux personnes affectées et qui les aide à témoigner lors de procédures judiciaires.

La principale distinction du mouvement des droits humains. Le Prix Martin Ennals pour les défenseur-e-s des droits humains est une collaboration unique entre dix des plus importantes organisations mondiales des droits humains pour protéger les défenseur-e-s dans le monde entier. Le Jury est composé des ONG suivantes :

  Amnesty International,
  Human Rights Watch,
  Human Rights First,
  FIDH,
  Organisation Mondiale Contre la Torture,
  Front Line Defenders
  Commission internationale de juristes,
  EWDE Allemagne,
  Service Internat. pour les Droits de l’Homme,
  HURIDOCS.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !