ALGÉRIE : Les candidats à l’élection présidentielle doivent s’engager à ce que des

Index AI : MDE 28/001/2004

Lundi 9 février 2004

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Alors que débute la première semaine de la campagne officielle pour
l’élection présidentielle du 8 avril, Amnesty International demande à tous
les candidats de s’engager à accorder la plus grande attention aux
découvertes de fosses communes contenant les restes de victimes présumées
des violations massives des droits humains perpétrées au cours des dix
dernières années.

« Des mesures urgentes doivent être prises pour protéger les sites des
fosses communes où qu’ils soient, a déclaré Amnesty International. Quels que
soient les auteurs des meurtres des personnes dont les restes sont enterrés
sur ces sites, il faut que les autorités veillent à ce que les preuves ne
disparaissent pas. »

L’appel d’Amnesty International intervient après les récentes et choquantes
révélations, selon lesquelles les restes de dizaines de personnes exhumés le
mois dernier d’une fosse commune dans la province de Relizane, à l’ouest du
pays, auraient été transférés ailleurs, dans le but apparent de dissimuler
ou de détruire des preuves de violations des droits humains. Les restes
seraient ceux de civils enlevés et tués par une milice locale armée par
l’État au milieu des années 90.

Ce n’est pas la première fois que sort ce genre d’information. En 2000,
selon des défenseurs des droits humains en Algérie, les restes d’une
vingtaine de personnes, enterrées dans une autre fosse commune dans la même
région, auraient été exhumés et déplacés par les membres de la même milice
afin de dissimuler leur crime

« Les restes de corps découverts dans des fosses communes constituent des
preuves vitales pour les enquêtes qui restent à mener sur ce qu’on peut
qualifier de crimes contre l’humanité commis en Algérie au cours des dix
dernières années ; en outre, les proches des victimes ont longtemps attendu
le moment de pouvoir les enterrer enfin de façon digne », a déclaré Amnesty
International.

Au cours de ces dernières années, Amnesty International a, à maintes
reprises, lancé des appels en faveur de la constitution d’une commission
pour une enquête exhaustive, impartiale et indépendante sur les violations
massives des droits humains commises en Algérie depuis 1992 par des groupes
armés, des membres des forces de sécurité et des milices armées par l’État.

Depuis 1998, la presse algérienne a signalé la découverte d’une douzaine de
fosses communes. Bon nombre d’entre elles étaient situées dans des régions
particulièrement affectées par les violences au milieu des années 90. Les
informations parues dans la presse laissent à penser que chacune de ces
fosses communes contient les restes de très nombreuses personnes.

La manière dont les autorités ont réagi à la découverte des fosses communes
a suscité beaucoup de craintes et d’anxiété. Outre le fait qu’elles n’ont
pas su empêcher certains actes visant à masquer les crimes, les autorités ne
semblent pas avoir enquêté sur le sujet conformément aux normes
internationalement reconnues, ce qui aurait eu pour conséquence la
destruction de certaines voire de toutes les preuves.

Ce sont surtout les familles des milliers de personnes, enlevées par des
groupes armés au cours des dix dernières années, dont on pense qu’elles ont
été assassinées mais dont on n’a jamais retrouvé les corps, qui sont
touchées. Pour ces familles, les restes de leurs proches pourraient se
trouver dans une de ces fosses communes et elles espèrent que leurs restes
pourront être exhumés et identifiés au plus vite, afin de pouvoir les
enterrer dignement.

Les associations de familles de « disparus » sont également très inquiètes ;
elles pensent que certains sites pourraient contenir les restes des civils « 
disparus » après leur arrestation par les forces de sécurité ou des milices
armées par l’État au milieu des années 90.

La manière dont les autorités algériennes ont abordé la question des fosses
communes résume leur incapacité à adopter une attitude concrète face à
l’héritage de dix années de violence, au cours desquelles plus de 100 000
personnes ont été tuées et des milliers d’autres ont « disparu ». À ce jour,
pratiquement aucun effort n’a été fait pour tenter d’établir la vérité sur
ces exactions et traduire leurs auteurs présumés en justice. Les victimes et
leurs familles n’ont obtenu aucune réparation et la population n’a toujours
aucune garantie que les crimes dont elle a été témoin ces dernières années
ne se répèteront pas.

Complément d’information

La dernière découverte d’une fosse commune dans la province de Relizane a
été annoncée lors d’une conférence de presse à Alger le 27 décembre 2003 par
Mohamed Smaïn, défenseur des droits humains. Il a expliqué avoir été alerté
à propos du site par des gens vivant à proximité qui avaient découvert des
restes humains et des morceaux de vêtements.

On avait trouvé sur le site un pantalon imperméable et un briquet, qui
avaient été reconnus par une famille locale comme objets ayant appartenu au
« disparu » Abed Saidane. Selon la famille, Abed Saidane, commerçant de
quarante-huit ans, père de sept enfants, portait ce pantalon lorsqu’il avait
été enlevé, en présence de plusieurs personnes de sa famille, par des
membres d’une milice locale armée par l’État, le 9 septembre 1996. Les
milices locales seraient à l’origine de la « disparition » de plus de deux
cents civils dans cette région dans le milieu des années 90.

Mohamed Smaïn, président de la section locale de la Ligue algérienne pour la
défense des droits de l’homme (LADDH), a dénoncé à de nombreuses reprises
les milices locales armées par l’État qu’il soupçonne d’être responsables de
ces crimes. Les miliciens qu’il dénonçait dans sa campagne ont intenté une
action pénale contre lui en 2001. En janvier 2002, il a été reconnu coupable
de diffamation et condamné, en appel, à une peine d’un an d’emprisonnement,
ainsi qu’à une amende de 5 000 dinars (un peu plus de 55 euros) et à 270 000
dinars (environ 3 085 euros) de dommages et intérêts à verser aux
plaignants. Il a été laissé en liberté en attendant que la Cour suprême
statue sur son cas. S’il était incarcéré, Amnesty International le
considérerait comme un prisonnier d’opinion.

Amnesty International appelle les gouvernements, lors d’enquêtes sur des
sites contenant des fosses communes, à respecter les normes internationales
reconnues, en particulier le Protocole type d’exhumation et d’analyse des
restes du squelette, établi par les Nations unies. l

Pour plus d’informations, veuillez consulter le dernier rapport d’Amnesty
International sur l’Algérie, intitulé Algérie : Mesures prometteuses ou
simples faux-fuyants ? (index AI : MDE 28/005/2003) du 16 septembre 2003

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.