Communiqué de presse

Algérie. Les projets d’amendements sur la violence faite aux femmes comportent une clause « dangereuse »

Le Parlement algérien doit adopter des amendements au Code pénal adopté par le gouvernement qui érigent en infraction la violence physique contre un conjoint. Cependant, il doit catégoriquement rejeter la clause du projet de loi qui prévoit l’arrêt des poursuites judiciaires en cas de pardon accordé par la victime.

« La clause qui prévoit l’abandon des poursuites judiciaires si la victime de violences domestiques décide de pardonner au responsable de ces violences établit un dangereux précédent et témoigne du manque de compréhension des mécanismes de la violence domestique. Elle doit être rejetée catégoriquement », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

« Cette clause ne prend pas en compte la réalité des relations de pouvoir et d’inégalité entre les hommes et les femmes. Si elle n’est pas retirée, elle pourrait exposer les femmes qui dénoncent des violences domestiques à un risque accru de violence et de contrainte dans le but de les obliger à retirer leur plainte. »

Voir ici pour en savoir plus sur les projets d’amendements au Code pénal algérien

Amnesty lance sa campagne Mon corps, mes droits, voici ce que nous proposons :

 Signez notre MANIFESTE

 Consultez, téléchargez et distribuez notre Dazibao 8 mars

 Abonnez-vous à la newsletter d’Amnesty consacrée aux droits des femmes en cliquant ici.

 Signez notre pétition contre les discriminations et les violences sexuelles faites aux femmes égyptiennes en cliquant ici

 Pour soutenir la campagne en faisant un don, cliquez ici.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.