Amériques : Lettre ouverte soulignant l’importance du système inter-américain des droits humains

Amnesty International a envoyé le 6 mai une lettre ouverte aux chefs d’État de l’Argentine, du Brésil, du Chili, de la Colombie et du Paraguay en réaction aux récentes déclarations de ces pays portant sur le système interaméricain de protection des droits humains.

Dans cette lettre, Amnesty International affirme que ce système doit être protégé et dit profondément regretter que les gouvernements des pays susmentionnés veuillent subordonner les activités du mécanisme régional interaméricain à leurs propres intérêts, d’une manière qui menace les droits des victimes de violations des droits humains.

 
« À Puerto Rico, au Honduras et au Venezuela, nous avons observé avec grande inquiétude, la semaine dernière, la répression exercée par les autorités contre les citoyens qui s’expriment au moyen de manifestations. Tous les pays de la région doivent se rappeler qu’ils ont l’obligation commune et partagée de protéger les droits humains, a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques à Amnesty International.
 
« Le système interaméricain de protection des droits humains est de plus en plus nécessaire pour résister aux attaques dont sont victimes les personnes qui défendent leurs droits, et qui aident la société dans les pays de la région à progresser sur la voie de la justice, de la vérité et des réparations pour les victimes de violations des droits humains commises dans la région Amériques. »
 
Cette lettre a été signée par les 12 directeurs d’Amnesty International dans la région Amériques. Des porte-parole de l’organisation sont disponibles pour des interviews.
 

Pour en savoir plus : 

Open letter to the heads of state of Argentina, Brazil, Chile, Colombia and Paraguay(Lettre, 6 mai 2019)
 
Amériques : Le système interaméricain constitue une garantie essentielle pour la protection des droits humains dans la région (Nouvelle, 24 avril 2019)

Toutes les infos
Toutes les actions

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.