Amériques : Traitement des demandeurs d’asile à la frontière sous surveillance

Le jeudi 26 avril, Amnesty International a installé une affiche au point d’entrée de San Ysidro, à la frontière entre les États-Unis et le Mexique à Tijuana. On peut y lire un message rappelant aux autorités de ces deux pays leurs obligations de faciliter le dépôt des demandes d’asile et de respecter les droits humains universels de toutes les personnes qui sollicitent l’asile dans d’autres pays.

Cette affiche invite également les demandeurs d’asile qui auraient été privés de leur droit humain de demander l’asile ou dont ce droit aurait été bafoué d’une autre façon par les autorités à en informer Amnesty International.

Alors que des centaines de personnes venant d’Amérique centrale s’apprêtent à demander l’asile ce week-end au point d’entrée de San Ysidro, une délégation d’Amnesty International sera présente sur le terrain pour surveiller le comportement des autorités lors de la réception et de la facilitation du dépôt de leur demande d’asile.

Le 24 avril, Amnesty International a dénoncé le fait que les autorités des Etats-Unis et du Mexique avaient apparemment tenté d’empêcher les membres de la caravane de migrants d’exercer leur droit de solliciter l’asile au point d’entrée de San Ysidro.

Complément d’information

Nous célébrons cette année le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH, 1948), qui dispose : « Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays ».

D’après le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), on compte actuellement plus de 22,5 millions de réfugiés dans le monde – ce chiffre n’a jamais été aussi élevé depuis la création des Nations unies. Plus de la moitié d’entre eux ont moins de 18 ans.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !