Amnesty condamne l’attentat qui a visé l’hôpital de Quetta

L’attentat-suicide apparemment planifié qui a fait au moins 63 morts et plus de 50 blessés lundi 8 août dans un hôpital de Quetta, dans le sud-ouest du Pakistan, est le dernier en date d’une série d’attaques menées par des groupes armés contre de simples citoyens au Pakistan, a déclaré Amnesty International.

« Plusieurs dizaines de personnes, dont des patients et des personnes endeuillées, ont été prises pour cible sans raison aucune. Cet attentat a provoqué de nombreuses pertes humaines et est un nouvel exemple des attaques qui ont visé des écoles, des hôpitaux et d’autres cibles “vulnérables” ces dernières années au Pakistan. Ce type d’attaques doit cesser immédiatement, a déclaré Champa Patel, directrice des bureaux régionaux d’Amnesty International en Asie du Sud, en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique.

« Il faut mener une enquête exhaustive, indépendante et transparente sur les circonstances et les raisons de cet attentat à la bombe, et les responsables présumés doivent être jugés dans les meilleurs délais, dans le cadre d’un procès conforme aux normes d’équité et excluant la peine de mort. »

Selon des témoins, la bombe a explosé à l’entrée du service des urgences de l’hôpital civil de Quetta. Des personnes endeuillées, dont beaucoup d’avocats, s’étaient rassemblées pour accompagner le corps de Bilal Anwar Kasi, président du barreau de la province du Baloutchistan, assassiné un peu plus tôt dans la journée par des individus armés.

Pour le moment, il n’y a pas d’informations crédibles sur les auteurs ou les commanditaires de l’attentat.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.