Communiqué de presse

Amnesty International à la recherche de « bénébous »

Dans le cadre de sa traditionnelle Campagne bougies, Amnesty International est à la recherche de « bénébous », c’est-à-dire des vendeurs de bougies bénévoles. Être « bénébou », c’est donner un peu de son temps pour faire de la campagne une réussite en vendant des bougies à sa famille, ses amis, voisins et collègues tout en les sensibilisant au cœur de la campagne. L’an passé, les « bénébous » ont permis à l’organisation de vendre pas moins de 118 542 bougies.

Cette année, la Campagne bougies a pour combat la lutte contre la torture. Trente ans après la signature par 155 États de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants des Nations Unies, elle est encore pratiquée dans plus de 2/3 des pays.

«  En devenant « bénébou », le bénévole contribue concrètement à la lutte contre la torture au niveau mondial et rejoint un important réseau de solidarité composé de milliers de personnes en Belgique. C’est une façon concrète de devenir acteur de la Campagne bougies et de s’engager pour la défense et la promotion des droits humains dans le monde  », explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

En pratique, le « bénébou » reçoit le nombre de bougies qu’il a commandé en dépôt chez lui, sans engagement financier. Les ventes se font durant la la campagne ; les invendus sont rendus après le 10 décembre. Les bougies sont livrées gratuitement, à domicile et à la meilleure convenance du bénévole.

Amnesty International est actuellement à la recherche de 4000 « bénébous » pour compléter ses effectifs et atteindre ainsi ses objectifs de vente.

Pour devenir « bénébou », il suffit de compléter le formulaire en ligne disponible à l’adresse suivante : www.amnesty.be/campagnebougies.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse