Amnesty International réagit à la libération de militants à Cuba


FLASH

23 mars 2011

En réaction à la nouvelle selon laquelle les autorités cubaines s’apprêtent à libérer les derniers militants d’un groupe de 75 personnes incarcérées en mars 2003, Gerardo Ducos, chercheur sur Cuba à Amnesty International, a déclaré :

« C’est un premier pas dans la bonne direction pour les droits humains à Cuba. Amnesty International se réjouit de la libération de tous les prisonniers d’opinion arrêtés lors de la vague de répression de mars 2003 et d’un militant placé en détention en décembre 2010, surtout si l’on prend en compte le fait qu’ils n’auraient jamais dû être incarcérés.

« Ce que nous attendons désormais des autorités cubaines, c’est qu’elles ne contraignent pas les militants à l’exil en échange de leur libération et qu’elles veillent à ce que tous les défenseurs des droits humains puissent mener leur travail légitime sans craindre d’être victimes de menaces, de mesures de harcèlement, de nouvelles arrestations ni de procès iniques dans leur propre pays. »


Complément d’information

Soixante-quinze personnes ont été incarcérées lors d’une vaste opération contre le mouvement dissident autour du 18 mars 2003, pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression.

La plupart de ces personnes ont été inculpées entre autres d’ « actes contre l’indépendance de l’État », parce qu’elles étaient soupçonnées d’avoir reçu des fonds ou du matériel de la part d’organisations non gouvernementales basées aux États-Unis et financées par le gouvernement américain.

Elles ont été condamnées à des peines allant de six à 28 ans d’emprisonnement à l’issue de procès sommaires et inéquitables pour avoir mené des activités perçues par les autorités comme subversives et portant préjudice à Cuba.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !