Amnesty International remporte un prix des droits humains pour la campagne pour le droit à un environnement sain

des manifestants défilent et portent une banderole signifiant : "la crise climatique = une crise des droits humains"

En réaction à l’annonce de l’attribution du prestigieux Prix des droits de l’homme des Nations Unies à une coalition mondiale d’organisations de la société civile et de peuples autochtones dont fait partie Amnesty International pour son travail de campagne qui a abouti à la reconnaissance par les Nations Unies du droit de toute personne à un environnement propre, sain et durable, la secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard, a déclaré :

En réaction à l’annonce de l’attribution du prestigieux Prix des droits de l’homme des Nations Unies [1] à une coalition mondiale d’organisations de la société civile et de peuples autochtones dont fait partie Amnesty International pour son travail de campagne qui a abouti à la reconnaissance par les Nations Unies du droit de toute personne à un environnement propre, sain et durable, la secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard, a déclaré :

« Amnesty International est fière de faire partie de cette large coalition réunissant des organisations de la société civile, des peuples autochtones, des mouvements sociaux et des communautés locales du monde entier. Ensemble, nous avons fait campagne sans relâche pendant plusieurs années pour faire reconnaître le droit universel à un environnement sain.

« Les lauréats du Prix des droits de l’homme des Nations Unies ont été annoncés au cours d’une semaine où les habitants et habitantes de toutes les régions du monde sont une nouvelle fois confrontés aux conséquences du dérèglement climatique, qui ont des effets dévastateurs sur leur droit à la santé et à la vie. Toute la planète est touchée – incendies, inondations, pollution, manque d’eau, écosystèmes et biodiversité soumis à des chaleurs extrêmes...

« Amnesty International continuera de se mobiliser en sein de cette coalition pour que le droit à un environnement propre, sain et durable soit une réalité pour tout le monde et qu’il soit inscrit dans la loi au niveau national et régional, appliqué et respecté. Ce travail sera parfois difficile face à une opposition souvent tenace à ce droit, notamment dans les États où l’espace civique est extrêmement limité et où les défenseur·e·s des droits humains se heurtent fréquemment à une répression brutale.

« À l’occasion du 75e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, et à quelques mois de la conférence pour le climat de cette année, la COP28, ce prix a une résonnance particulière et renforce notre détermination à tirer parti de ce succès pour veiller à ce que toutes les personnes voient leur droit à un environnement réalisé. »

Complément d’information

La Coalition mondiale des organisations de la société civile, des peuples autochtones, des mouvements sociaux et des communautés locales pour la reconnaissance universelle du droit à un environnement propre, sain et durable a été sélectionnée pour recevoir le Prix des droits de l’homme des Nations Unies, qui est attribué tous les cinq ans à cinq lauréats. Une cérémonie de remise du prix aura lieu en décembre au siège de l’ONU à New York, pendant la commémoration du 75e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Des organisations de la société civile, des peuples autochtones, des mouvements sociaux et des communautés locales œuvrent pour la défense et la promotion du droit à un environnement sain depuis plusieurs décennies et, ces dernières années, ont formé une coalition pour demander la reconnaissance de ce droit par les Nations unies. En 2020, cette coalition a publié une lettre ouverte [2] qui a été signée par plus de 1 350 organisations en faveur de la reconnaissance universelle du droit à un environnement sain. Plusieurs membres de la Coalition, dont Amnesty International, ont également mené un travail de plaidoyer et de campagne entre 2020 et 2022. Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a reconnu le droit à un environnement propre, sain et durable [3] dans une résolution le 8 octobre 2021 [4], suivi par l’Assemblée générale des Nations unies le 28 juillet 2022 [5].

La COP28 se tiendra à Dubaï du 30 novembre au 12 décembre 2023.

Le communiqué de presse officiel de la Coalition mondiale des organisations de la société civile, des peuples autochtones, des mouvements sociaux et des communautés locales pour la reconnaissance universelle du droit à un environnement propre, sain et durable est disponible ici. Les réactions des membres de la coalition peuvent être lues ici.

Toutes les infos
Toutes les actions
2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit