Angola : Un manifestant hospitalisé à la suite d’une nouvelle répression de la dissidence

Un manifestant est hospitalisé dans un état critique après avoir été attaqué par des chiens de la police le 27 mai, dans un contexte de répression de la liberté d’association, de réunion et d’expression visant à étouffer la dissidence, a déclaré Amnesty International mardi 29 mai.

Cette personne participait à une manifestation pacifique organisée pour demander justice pour les Angolais victimes de torture et d’exécutions extrajudiciaires en 1977, sous le régime du président Agostinho Neto.

« Cette nouvelle vague de répression en Angola constitue malheureusement une preuve manifeste du fait qu’il y a peu d’espace pour les opinions divergentes dans ce pays, a déclaré Deprose Muchena, directeur régional pour l’Afrique australe à Amnesty International.

« [Cette nouvelle vague de répression] montre que la liberté d’expression, d’association et de réunion reste menacée en Angola. Les autorités doivent cesser de s’en prendre aux dissidents.  »

Les manifestants réclamaient également la construction d’un mémorial dédié aux personnes torturées et exécutées sans procès le 27 mai 1977.

« Cette répression aura des incidences sur la liberté d’expression, de réunion et d’association. Il faut que les autorités angolaises arrêtent de criminaliser la dissidence.  »

Complément d’information

La répression de la dissidence est loin d’être inédite en Angola. En février 2017, la police avait lancé des chiens contre un groupe de manifestants pacifiques lors d’un conflit lié aux élections à venir. En novembre 2014, Amnesty International a publié un rapport intitulé Punishing dissent – Suppression of freedom of association, assembly and expression in Angola, qui décrit comment des Angolais ayant osé défier l’autorité du président José Eduardo dos Santos ont été tués, soumis à des disparitions forcées, arrêtés arbitrairement et torturés par les forces de sécurité.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !