Arabie saoudite, Google doit renoncer à son projet de mettre en place une « région cloud »

Arabie saoudite Google

Amnesty International a rejoint aujourd’hui 38 autres groupes et personnes qui défendent les droits humains, pour enjoindre Google à renoncer à son projet de mettre en place une « région cloud » en Arabie saoudite tant que l’entreprise ne peut pas démontrer publiquement la manière dont elle va limiter les risques d’incidence négative sur les droits humains.

« L’Arabie saoudite a un bilan désastreux en matière de droits humains, qui comprend notamment la surveillance numérique de ses dissidents, et ce n’est pas un pays sûr pour accueillir une plateforme d’hébergement Google Cloud », a déclaré Rasha Abdul Rahim, directrice d’Amnesty Tech.

« Dans un pays où les dissidents sont arrêtés, emprisonnés pour s’être exprimés et torturés en raison de leur travail, le projet de Google risque de donner aux autorités saoudiennes des pouvoirs encore plus considérables pour infiltrer des réseaux et obtenir l’accès à des données sur des militant·e·s pacifiques et sur toute personne exprimant une opinion critique dans le royaume.

« Google doit immédiatement mettre un terme à tout projet d’installation d’une “région cloud” en Arabie saoudite tant que l’entreprise n’est pas en mesure de prouver la manière dont elle empêchera toute utilisation abusive éventuelle de ses plateformes. »

Complément d’information

La plateforme Google cloud est l’un des plus gros services de stockage de données et de cloud computing (informatique dématérialisé) au monde. En décembre 2020, Google a annoncé un accord [1] avec Saudi Aramco, l’entreprise publique saoudienne œuvrant dans le secteur pétrolier et gazier, pour mettre en place une région Google Cloud [2] en Arabie saoudite et y proposer ses services de cloud à destination des entreprises « avec une attention particulière portée aux entreprises du royaume ».

En janvier 2021, l’ONG Access Now et la Clinique d’intérêt public et de politique d’Internet du Canada (CIPPIC) ont écrit une lettre ouverte demandant plus d’informations sur les mesures de diligence requise en matière de droits humains mises en place par Google. En réponse, Google a réaffirmé son engagement en faveur des droits humains, déclaré qu’une évaluation indépendante en matière de droits humains avait été menée sur la région Google Cloud en Arabie saoudite, et que l’entreprise avait pris des mesures pour résoudre les points d’attention identifiés. Google n’a cependant pas précisé en quoi consistaient ces mesures.

Amnesty International et d’autres groupes de défense des droits humains dénoncent fréquemment les violations des droits humains de l’Arabie saoudite, notamment les tentatives d’espionnage de ses propres citoyens en accédant illégalement à leurs informations personnelles.

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit