Arabie saoudite — La « société » ne peut plus servir d’excuse pour expliquer l’interdiction de conduire imposée aux femmes Eman Al Nafjan

Eman Al Nafjan (@Saudiwoman) est une blogueuse saoudienne qui se mobilise contre l’interdiction de conduire imposée aux femmes dans son pays. Elle a été arrêtée par la police ce mois-ci alors qu’elle filmait une conductrice en train de braver cette interdiction.

Attention : le site de cette action a été piraté ce jour par des personnes demandant à ce que « la suprématie des femmes saoudiennes s’arrête… » (sic)

Sur la photo, une femme saoudienne s’apprête à braver l’interdiction faite aux femmes de conduire © private

S’il y avait un seul mot pour décrire la vie d’une femme en Arabie saoudite, ce serait le mot « condescendance ». Peu importe votre âge, vous restez mineure aux yeux du gouvernement.

En Arabie saoudite, l’influence du patriarcat est extrême. Le fait que notre culture, comme beaucoup d’autres dans le monde, soit dominée par les hommes n’est pas la principale difficulté. Le vrai problème, c’est que le gouvernement a permis au système patriarcal de dicter la manière dont les citoyens sont traités. Les citoyennes se voient assigner un tuteur légal masculin faisant partie de leur famille proche. Ce tuteur peut en toute légalité forcer sa charge mineure à épouser un homme ayant des dizaines d’années de plus qu’elle. Il peut facilement et tout à fait légalement l’empêcher d’étudier, de travailler et de se marier. Il doit officiellement approuver à l’avance tout déplacement à l’étranger. Étant donné que l’école est gratuite et que tous les élèves du public ont droit à une bourse du gouvernement pour faire des études supérieures, la plupart des tuteurs préfèrent envoyer leurs filles à l’école. Cependant, dans les cas où le tuteur choisit d’enfermer la jeune fille en question à la maison, il est quasiment impossible pour celle-ci de sortir de cette situation en se tournant vers la justice.

L’interdiction de conduire imposée aux femmes est l’un des principaux facteurs perpétuant ce patriarcat gouvernemental. Le pays n’est actuellement pas doté d’un système de transports publics. On ne peut pas marcher jusqu’au coin de la rue et prendre un bus ou le métro, sauf à la Mecque. Pour qu’une femme puisse se rendre du point A au point B, elle doit non seulement acheter une voiture, mais en outre convaincre un homme de sa famille de la conduire ou employer un homme originaire d’Asie du Sud-Est comme chauffeur. Cet obstacle quotidien s’est avéré avoir un effet dissuasif démoralisant sur de nombreuses femmes, qui sont ainsi privées d’éducation, de carrière professionnelle, voire de la possibilité de rester en bonne santé.

Lorsqu’on interroge les responsables gouvernementaux à propos de l’interdiction de conduire, ils répondent qu’elle n’a aucun fondement juridique et qu’elle est uniquement maintenue par la société. Le roi lui-même l’a déclaré. Le ministre de la Justice, le responsable de la Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice et le chef des agents de la circulation figurent parmi les autres figures influentes ayant fait des déclarations similaires. Pourtant, lorsqu’une femme se met au volant de sa voiture, ce n’est pas la société qui l’arrête, mais la police. Dans de nombreux cas, cette femme est alors emmenée au poste de police le plus proche et son tuteur est contacté. Cette femme et son tuteur doivent tous deux signer un document selon lequel ils s’engagent à ce que la conductrice ne prenne plus le volant.

Depuis 1990, il y a eu plusieurs tentatives visant à obtenir la levée de l’interdiction. En particulier, Mohammad Al Zulfa et Abdullah Al Alami ont présenté des propositions en ce sens au Conseil consultatif, en 2006 et 2012 respectivement. Ces deux propositions n’ont même pas été soumises au Conseil pour examen. Plusieurs pétitions et requêtes ont par ailleurs été adressées au palais royal, mais sont en grande partie restées lettre morte. Des campagnes ont également été menées afin d’encourager les femmes à sortir et conduire. Et là aussi, c’est le gouvernement qui y a réagi, bien plus que la société.

En 1990, quand 47 femmes ont pris le volant de leur voiture, le gouvernement a répliqué en leur interdisant de voyager et en obtenant la suspension de celles qui étaient salariées. En juin 2011, Manal Al Sharif a publié sur Youtube une vidéo dans laquelle elle demandait aux femmes de se joindre à elle et de conduire leur propre voiture. Cela lui a valu une semaine de prison.

La campagne du 26 octobre en faveur des femmes au volant est l’initiative la plus récente essayant de s’attaquer au problème. Ce qui la distingue des actions précédentes, c’est qu’il s’agit du premier véritable mouvement civil créé en Arabie saoudite. Ce mouvement n’a pas de visage. La pétition a été rédigée par plus de 30 personnes, dont beaucoup ne se connaissent pas.

Les jours ayant suivi le lancement de la pétition, nous acceptions encore que des modifications soient apportées au texte. Il a seulement été finalisé le troisième jour. Toute personne signant la pétition est considérée non seulement comme un organisateur mais également comme un meneur pouvant prendre l’initiative d’agir au nom de la campagne. Des chaînes Youtube et un compte Instagram ont été créés afin que les signataires puissent télécharger des vidéos et photos les montrant en train de conduire ou même seulement pour parler ou s’exprimer par un biais artistique. La campagne vise non seulement à exhorter le gouvernement à lever toutes les ambiguïtés concernant l’interdiction, mais également à démontrer que les représentants de l’État ne peuvent plus se cacher derrière l’excuse de la « société ».

Pour AGIR :
 Leur compte twitter : https://twitter.com/oct26driving
 Leur chaine Youtube

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.