Argentine : Les autorités refusent à une fille de 11 ans le droit de mettre un terme à sa grossesse forcée

Les autorités argentines doivent rendre des comptes pour avoir mis en danger la vie d’une victime de viol âgée de 11 ans, la contraignant à poursuivre sa grossesse forcée et divulguant des informations médicales confidentielles, a déclaré Amnesty International le 28 février 2019.

« Lorsque cette fillette de 11 ans, victime de viol, est entrée à l’hôpital pour demander un avortement légal, la priorité numéro un des autorités aurait dû être de protéger sa vie et sa santé. Au lieu de cela, elles n’ont cessé d’ériger des obstacles dans le seul but de la priver de ses droits, a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques à Amnesty International.

« Forcer cette fillette à subir en urgence une césarienne qui aurait pu être évitée relève d’une cruelle injustice, source d’une telle souffrance psychologique et physique qu’elle pourrait constituer un acte de torture aux termes du droit international. »

Originaire de la province de Tucuman, dans le nord-ouest de l’Argentine, cette fillette de 11 ans a été admise à l’hôpital en janvier après avoir découvert qu’elle était enceinte de 19 semaines ; elle avait été violée par le compagnon de sa grand-mère. La jeune fille et sa mère ont rapidement sollicité un avortement, acte légal en Argentine en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère.

Pourtant, les autorités ont plusieurs fois refusé de pratiquer cet avortement, invoquant divers prétextes pour reculer l’échéance et contraignant de fait la fillette à poursuivre sa grossesse, contre sa volonté et celle de sa mère. Elles ont également rendu publiques des informations médicales confidentielles, notamment sur son état de santé, et divulgué sa décision de demander à bénéficier d’un avortement légal.

« Cette terrible affaire illustre la violation systémique des droits en matière de sexualité et de procréation des femmes et des jeunes filles, qui sont réduites au silence et niées dans leur autonomie. »

« Cette terrible affaire illustre la violation systémique des droits en matière de sexualité et de procréation des femmes et des jeunes filles, qui sont réduites au silence et niées dans leur autonomie. Ces droits élémentaires sont régulièrement piétinés en Argentine, même lorsqu’ils sont explicitement protégés par des lois nationales », a déclaré Mariela Belski, directrice exécutive d’Amnesty International Argentine.

En savoir plus :

Argentine. Éducation sexuelle, une loi ignorée (Éducation, 20 février 2019)

Le vote sur l’avortement en Argentine n’est pas un revers, mais un tremplin(Article, 13 août 2018)

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !