Aung San Suu Kyi, agissons à partir de ce 10 juillet, date de son procès

Avec Amnesty International, exigez sa libération immédiate et inconditionnelle, par le moyen de communication que vous avez à votre disposition : téléphone, courrier, fax ou email. Pour ce faire, rendez vous sur ISAVELIVES.BE


MISE À JOUR : Ce 27 juillet 2009, Aung San Suu Kyi a été désignée "Ambassadrice de Conscience 2009" par Amnesty International. Bientôt plus d’infos en français. Pour en savoir plus sur les lauréats de ce prix, cliquez ICI.

L’audience a bien eu lieu le vendredi 10 juillet 2009.
Les plaidoiries sont à présent attendues dans deux semaines.
D’ici le prononcé du verdict, maintenons la pression, continuons à agir.

JPEG - 79.3 ko
articleAung_birkin

Le maintien en détention de Daw Aung San Suu Kyi, au Myanmar, attire une fois de plus l’attention sur la situation des droits humains dans ce pays qui a empêché sa population de jouir des droits économiques et de la liberté d’expression au cours de l’année passée.
Le procès engagé contre la dirigeante de l’opposition birmane, accusée d’avoir enfreint les conditions de son assignation à résidence, devait reprendre, après plusieurs reports, le vendredi 10 juillet. On ne s’attend pas à ce que ce procès mette fin à la détention de Daw Aung San Suu Kyi, qui a été privée de liberté pendant treize des dix-neuf dernières années.
Daw Aung San Suu Kyi fait partie des plus de 2 100 prisonniers politiques que compte le Myanmar. De nombreuses autres personnes ont été privées de leurs droits économiques en 2008 – c’est l’un des principaux messages du Rapport 2009 d’Amnesty International, rendu public le jeudi 28 mai –, et cela a été particulièrement manifeste après le passage du cyclone Nargis.

Avec Amnesty International, vous vous êtes montré attentif à ce qui se passe en Birmanie depuis plusieurs années.
La situation de Aung San Suu Kyi, en attente de jugement à la prison d’Insein, accusée d’avoir enfreint les règles d’une assignation à résidence, comme celle de milliers de prisonniers politiques et d’opinion, est très préoccupante.

Cela n’a que trop duré !

La vie de l’opposante au régime militaire, prix Nobel de la Paix, démocratiquement élue en 1990, est gravement menacée : son état de santé s’étant dernièrement beaucoup dégradé, une condamnation à cinq ans de mauvais traitements et d’abus dans la prison d’Insein pourrait lui être fatale.
Nous vous invitons donc ce 10 juillet, date du procès d’Aung San Suu Kyi, à interpeller les autorités birmanes par l’intermédiaire de leurs représentations diplomatiques présentes dans votre pays de résidence.

Avec Amnesty International, exigez sa libération immédiate et inconditionnelle, par le moyen de communication que vous avez à votre disposition : téléphone, courrier, fax ou email. Pour ce faire, rendez vous sur ISAVELIVES.BE

Il s’agit d’une action générale, devant mobiliser le plus grand nombre.
Nous devons tous agir pour que cessent les violations des droits humains en Birmanie et que Aung San Suu Kyi soit de nouveau libre.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse