Autorité palestinienne. Alan Johnston doit être remis en liberté. L’Autorité palestinienne doit accentuer ses efforts pour faire respecter les règles du droit

Déclaration publique

MDE 21/003/ 2007

Amnesty International a réitéré ce jeudi 29 mars son appel en faveur de la remise en liberté immédiate d’Alan Johnston, correspondant de la BBC, détenu par un groupe armé inconnu dans la bande de Gaza. L’organisation demande instamment à l’Autorité palestinienne (AP) de redoubler d’efforts pour obtenir sa libération et mettre fin aux prises d’otages par des groupes palestiniens armés.

L’organisation a déclaré que la séquestration continue d’Alan Johnston, enlevé par des Palestiniens armés dans la bande de Gaza le 12 mars 2007, était particulièrement préoccupante et la sécurité du correspondant de la BBC source de grande inquiétude. Il est à présent détenu depuis dix-sept jours, soit plus longtemps que n’importe quel autre journaliste enlevé précédemment dans la bande de Gaza. Son enlèvement a suscité de nombreuses protestations. Des Palestiniens ont manifesté à Gaza pour réclamer sa remise en liberté et des journalistes palestiniens de la bande de Gaza et de Cisjordanie ont organisé une grève de soutien la semaine dernière. Cependant à ce jour, ses ravisseurs n’ont donné aucune information le concernant.

Selon Amnesty International, l’enlèvement et la disparition d’Alan Johnston sont les derniers évènements en date d’une série d’enlèvements et autres actes d’anarchie, notamment dans la bande de Gaza, résultats de l’impunité régnante et du manque de détermination du gouvernement de l’AP à faire respecter les règles du droit. Plus de 80 Palestiniens ont été tués au cours des trois derniers mois, parmi lesquels des civils ; beaucoup d’entre eux l’ont été lors d’affrontements armés entre groupes armés palestiniens et unités des forces de sécurité palestinienne rangées soit aux côtés du Fatah, le parti du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, soit aux côtés du mouvement du Hamas, qui a formé un gouvernement après avoir remporté les élections de janvier 2006. Les enlèvements ont également été nombreux mais les journalistes enlevés précédemment avaient jusqu’à présent été libérés sains et saufs quelques heures ou quelques jours après leur enlèvement. À ce jour, aucune poursuite en justice n’a été engagée pour ces exactions.

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.