Communiqué de presse

Bangladesh. Le meurtre d’un blogueur doit être une « prise de conscience »

Le meurtre d’un blogueur tué à coups de couteaux à Dacca dans la matinée du 30 mars 2015, le deuxième assassinat d’un blogueur bangladais en un mois, doit être une « prise de conscience » pour les autorités sur la nécessité d’assurer un environnement sûr pour les journalistes et les militants afin qu’ils puissent exprimer leurs opinions, a déclaré Amnesty International.

Washiqur Rahman a été assassiné près de chez lui dans la capitale du Bangladesh, Dacca. Deux hommes ont été arrêtés près du lieu du crime. Selon la police, le blogueur a été attaqué en raison de ses écrits soi-disant « anti-islamiques ».

Ce meurtre intervient un mois après une attaque similaire contre Avijit Roy, blogueur athée et écrivain installé aux États-Unis, qui a été tué à coups de machette alors qu’il visitait la capitale bangladaise. Il avait précédemment reçu des menaces en raison de ses opinions athées. La police a arrêté un suspect.

« Le meurtre d’Avijit Roy au mois de février aurait dû inciter les autorités à renforcer les mesures de protection pour les blogueurs et les personnes en danger. L’homicide de Washiqur Rahman montre une nouvelle fois très clairement que le gouvernement bangladais n’assure pas la sécurité des personnes qui sont en péril. Combien de blogueurs devront encore être attaqués avant que des mesures ne soient prises ? », a déclaré Abbas Faiz, chercheur sur le Bangladesh à Amnesty International.

« Les autorités doivent mener sans délai des enquêtes minutieuses sur ces deux homicides, veiller à ce que les auteurs présumés de ces crimes soient déférés à la justice et garantir la protection efficace des journalistes et des blogueurs risquant d’être la cible d’attaques. »

« Les responsables doivent savoir qu’ils devront rendre des comptes pour ces agissements et doivent être traduits en justice. L’absence de poursuites dans ce type d’affaires, même lorsque des enquêtes sont menées, revient à dire que de tels actes sont tolérés. »

« Le message doit être très clair : la liberté de pensée et la liberté d’expression sont des droits fondamentaux que tous doivent respecter pleinement. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.