Bangladesh : Les autorités doivent enquêter sur les attaques menées contre des journalistes et des militants

Les autorités bangladaises doivent enquêter sur les violentes attaques menées de façon persistante contre des journalistes et des militants en amont des 11e élections législatives du 30 décembre 2018, et relâcher immédiatement les journalistes et les militants qui ont été arrêtés de façon arbitraire, a déclaré Amnesty International le 28 décembre.
 
 

Condamnant les récentes attaques visant des journalistes et des militants, Saad Hammadi, chargé de campagne sur l’Asie du Sud à Amnesty International, a déclaré : «  Les autorités doivent enquêter de façon impartiale sur ces attaques et déférer les responsables à la justice. De tes agissements empêchent les gens d’exercer leurs droits civils et politiques dans un climat paisible. »

 
Douze journalistes au moins chargés de couvrir ces élections dans une circonscription de Dacca ont été attaqués, et 16 véhicules les transportant ont été endommagés par un groupe de 30 à 35 agresseurs le 24 décembre 2018. L’établissement où étaient hébergés les journalistes a également été attaqué.
 
« Ces attaques sont très préoccupantes. Les autorités du Bangladesh doivent protéger les droits à la liberté d’expression et d’association. Les autorités doivent également protéger les droits des personnes conformément aux dispositions de la Constitution bangladaise, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et des autres normes internationales que le pays a accepté de respecter », a ajouté Saad Hammadi.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Viêt-Nam : annulez la condamnation à mort de Hồ Duy Hải

Le Viêt-Nam est l’État d’Asie ayant pratiqué le plus d’exécutions à mort en 2018. Hồ Duy Hải a été condamné sur base d’ « aveux » obtenus sous la torture. Signez la pétition.